NOUVELLES

Le Premier ministre du Hamas se rendra au sommet des Non-Alignés à Téhéran

25/08/2012 09:03 EDT | Actualisé 25/10/2012 05:12 EDT

Ismaïl Haniyeh, le Premier ministre du gouvernement Hamas à Gaza, a accepté l'invitation de l'Iran au sommet des Non-Alignés prévu les 30 et 31 août à Téhéran, ce qui a provoqué samedi de très vives critiques de l'Autorité palestinienne de Mahmoud Abbas.

"Le Premier ministre Ismaïl Haniyeh participera à ce sommet à l'invitation du président iranien Mahmoud Ahmadinejad", a affirmé dans un communiqué Taher al-Nounou, un porte-parole du mouvement islamiste palestinien qui contrôle la bande de Gaza.

L'Autorité palestinienne, rivale du Hamas, qui siège à Ramallah (Cisjordanie) ainsi que l'Organisation de libération de la Palestine (OLP) ont dénoncé samedi cette invitation.

Le président Mahmoud Abbas avait fait savoir le mois dernier qu'il avait accepté l'invitation des dirigeants iraniens. Il devait s'agir de la première visite du président palestinien à Téhéran.

Les dirigeants de l'Autorité palestinienne ont accusé à plusieurs reprises le régime iranien d'entraver la réconciliation entre le mouvement Fatah, principale composante de l'OLP que dirige le président Abbas, et le Hamas.

"Au moment où (Avigdor) Lieberman (le ministre israélien des Affaires étrangères) mène une campagne politique agressive, l'invitation lancée à Ismaïl Haniyeh à participer au sommet des Non-Alignés indique que Téhéran s'est joint au choeur hostile israélien", a affirmé le comité exécutif de l'OLP dans un communiqué.

Mercredi, le ministre israélien avait déclenché la colère des Palestiniens après avoir appelé la communauté internationale à faire écarter le président Abbas, qu'il considère comme un obstacle à la paix.

Ismaïl Haniyeh s'est rendu en Iran en février dernier.

Samedi, le porte-parole du ministère iranien des Affaires étrangères a déclaré à Téhéran que M. Haniyeh était convié au sommet des Non-Alignés comme "invité spécial".

"Tout cela a pour but de porter un coup à la lutte nationale palestinienne,

en encourageant la division et en lui donnant (au Hamas, NDLR) une reconnaissance et une légitimité", a ajouté le communiqué en allusion à la politique iranienne.

"La direction palestinienne va prendre une série de mesures pour protéger les intérêts du peuple et de son unique représentation", a ajouté le communiqué du comité exécutif de l'OLP sans donner d'autres précisions.

Le Premier ministre palestinien Salam Fayyad a lui aussi critiqué l'invitation lancée par Téhéran à Ismaïl Haniyeh. "C'est une sérieuse escalade de l'Iran contre l'unité palestinienne et le rôle de l'Autorité palestinienne comme gardien du peuple palestinien aussi bien dans la bande de Gaza qu'en Cisjordanie, y compris à Jérusalem", a affirmé M. Fayyad.

M. Fayyad a appelé M. Haniyeh "à donner la priorité à sa loyauté à la Palestine et à son patriotisme sur toutes autres considérations".

Le guide suprême iranien, l'ayatollah Ali Khamenei, a estimé dimanche que le principal problème du monde islamique restait l'existence d'Israël, évoquant de nouveau l'image de la "tumeur cancéreuse", un terme condamné par les Occidentaux et l'ONU.

Ces déclarations interviennent alors que la tension monte entre l'Iran et l'Etat hébreu, dont les médias évoquent depuis plusieurs semaines une opération militaire israélienne contre le programme nucléaire iranien, considéré comme une "menace existentielle" par l'Etat hébreu.

az/sy/jlr/feb

PLUS:afp