NOUVELLES

La police mexicaine crible de balles un véhicule de l'ambassade américaine

25/08/2012 07:11 EDT | Actualisé 25/10/2012 05:12 EDT

MEXICO - Les autorités mexicaines tentent de comprendre pourquoi un véhicule de l'ambassade américaine a été pris dans une embuscade par la police fédérale sur une route de campagne, blessant deux travailleurs américains.

Des responsables des deux pays ont indiqué que les agents fédéraux poursuivaient des criminels vendredi matin lorsqu'une pluie de balles s'est abattue sur le véhicule utilitaire sport de l'ambassade transportant les deux employés et un capitaine de la marine mexicaine dans les montagnes du sud de la capitale.

Selon des agents de la police fédérale, des hommes installés dans quatre véhicules ont ouvert le feu sur le VUS américain, et un porte-parole du Bureau du procureur général du Mexique a confirmé samedi que ceux-ci étaient tous, eux aussi, des policiers fédéraux.

L'ambassade américaine a émis un communiqué vendredi, près de 12 heures après l'événement, mais n'a décrit l'incident que comme une «embuscade».

Les responsables américains n'ont pas identifié les employés blessés, leurs tâches ou les agences au sein desquelles ils travaillaient, indiquant seulement qu'ils étaient en route vers une base d'entraînement de l'armée, au sud de Mexico, et voyageaient avec un capitaine de la marine mexicaine, qui, lui, n'a pas été blessé sérieusement.

Le responsable mexicain a indiqué que 12 policiers avaient été arrêtés.

Au dire d'un responsable américain, la police cherchait des criminels et les agents ont plutôt été victimes d'une méprise en se confondant les uns avec les autres.

Le journal mexicain Reforma a rapporté que des membres de la marine présents sur les lieux de l'incident ont mentionné que le VUS était clairement la cible des tirs. Le véhicule semblait être blindé et disposait de plaques d'immatriculation diplomatiques.

Le représentant américain Henry Cuellar, un démocrate du Texas qui suit de près les relations avec le Mexique, a fait savoir que les deux pays travaillaient ensemble pour découvrir ce qui s'était passé.

PLUS:pc