Un Egyptien a tenté samedi de s'immoler par le feu devant le palais présidentiel au Caire pour protester contre son licenciement, ont rapporté des responsables de la police, précisant qu'il se trouvait désormais dans un état stable.

Employé par une compagnie publique d'électricité, l'homme, dont l'identité n'a pas été précisée, avait gagné un procès obligeant son entreprise à le réintégrer, mais celle-ci avait ignoré la décision de justice. Désespéré, il s'est aspergé d'essence avant de s'immoler par le feu, ont rapporté les responsables.

Selon la police, cet acte ne semblait pas lié à un rassemblement d'opposants à Mohamed Morsi, le président élu en juin, organisé devant le palais.

Dans un communiqué, la présidence a exprimé ses "regrets" face à cette immolation, a rapporté l'agence officielle Mena.

Les immolations étaient très rares en Egypte jusqu'à ce que plusieurs hommes y recourent en janvier et février 2011 lors de manifestations hostiles au président d'alors, Hosni Moubarak, après le suicide du Tunisien Mohammed Bouazizi dont l'acte désespéré avait lancé la révolte dans son pays et plus généralement le Printemps arabe.