NOUVELLES

C-B: la lutte contre la fermeture de la station de Kitsilano continue

25/08/2012 10:56 EDT | Actualisé 25/10/2012 05:12 EDT

VANCOUVER - Des dizaines de manifestants se sont rassemblés samedi à l'extérieur de la station de la Garde côtière canadienne de Kitsilano, en Colombie-Britannique, afin d'exhorter le gouvernement fédéral à revenir sur sa décision de fermer l'installation.

Plusieurs politiciens fédéraux, provinciaux et locaux étaient aussi présents pour réitérer leur soutien à la station de Kitsilano, soulignant que sa fermeture mettrait en péril la vie des marins de la région.

Basée à Vancouver, la station est l'une des plus sollicitées au pays et répond à environ 350 appels d'urgence par année. Elle a traité 226 appels jusqu'à maintenant pour 2012, a indiqué David Clark, un porte-parole de l'Union canadienne des employés des transports.

La fermeture de la station de Kitsilano et de trois autres centres de communication de la Garde côtière canadienne en Colombie-Britannique pour des raisons budgétaires a été annoncée en mai par le ministère des Pêches et des Océans.

La décision a provoqué un tollé au sein des plaisanciers. Le ministre des Pêches, Keith Ashfield, a toutefois affirmé que la subvention de 100 000 $ accordée à la Royal Canadian Marine Search and Rescue, une nouvelle station de sauvetage, et un nouveau aéroglisseur situé à la base navale de Sea Island à Richmond suffiraient à assurer la sécurité des marins.

Les critiques soutiennent toutefois que la base de Sea Island est trop loin et qu'il faudrait au moins 30 minutes à ses équipes de sauvetage pour porter secours aux gens en détresse dans le port de Vancouver contre un maximum de 10 minutes pour celles de la station de Kitsilano.

PLUS:pc