NOUVELLES

USA: une jeune fille captive pendant deux ans échappe à ses geôliers

24/08/2012 07:13 EDT | Actualisé 24/10/2012 05:12 EDT

WASHINGTON PARK, États-Unis - Une adolescente retenue captive dans une maison pendant plus de trois ans avant de réussir à s'enfuir avec l'aide d'un proche s'y était tout d'abord rendue volontairement, mais on lui a ensuite interdit de quitter quand elle a voulu le faire, a indiqué vendredi un chef de police de l'État de l'Illinois.

Le chef de police de Washington Park, David Clark, a expliqué que la jeune femme de 19 ans, originaire de la ville de St. Louis, a réussi à s'enfuir lundi. Elle a raconté aux policiers avoir été battue et agressée sexuellement presque quotidiennement.

Un commando d'environ 25 policiers a pris d'assaut jeudi la maison et arrêté un homme de 25 ans et sa mère. Ils ont également emmené l'enfant de la jeune fille, un bambin de deux ans qui serait né du viol perpétré par son geôlier, selon la jeune fille.

M. Clark a expliqué que les policiers ont tout d'abord voulu vérifier l'histoire de la victime présumée, ce qui explique le délai entre son évasion et la perquisition de jeudi. Il a ajouté que la mère du jeune homme a probablement agi comme complice. Il n'a pas voulu divulguer les identités des suspects car ils n'avaient pas encore été mis en accusation vendredi matin.

L'enfant sera soumis à des tests d'ADN pour déterminer si le jeune homme en est bel et bien le père.

La disparition de la jeune fille avait été signalée en avril 2010, alors qu'elle était âgée de 15 ans.

Le procureur général du comté de St. Clair, Brendan Kelly, a expliqué à l'Associated Press que les conditions dans la maison étaient «déplorables». Les premières preuves recueillies permettent de croire que «certains de détais correspondent à l'histoire de la jeune femme, a-t-il dit. Son récit semble fondé. Nous essayons encore de comprendre ce qui se passe.»

M. Clark a révélé que la jeune femme avait rencontré l'homme socialement «par le biais de quelqu'un d'autre à l'occasion d'une fête et une relation s'est développée». Elle lui a ensuite rendu visite chez lui, approximativement au moment où elle a été portée disparue.

La jeune fille a expliqué à la police qu'elle avait été retenue contre sa volonté, battue et violée presque tous les jours. Elle a déclaré avoir essayé de s'échapper plusieurs fois, mais avoir été rattrapée par son ravisseur à chaque fois, et contrainte de rentrer sous la menace d'une arme à feu.

La police a déclaré que l'adolescente avait été contrainte par l'homme et sa mère de donner un faux nom aux médecins lors de sa grossesse et de son accouchement.

Une voisine, Lakeitha Smith, a raconté à plusieurs chaînes de télévision locales qu'elle voyait de temps en temps la jeune fille hors de la maison et n'avait jamais constaté quoi que ce soit d'anormal. «J'avais l'habitude de la voir sortir de la maison, faire des allers-retours, a-t-elle affirmé. Je ne pensais pas qu'elle était retenue prisonnière dans cette maison.»

PLUS:pc