NOUVELLES

Paralympiques - Les Britanniques veulent poursuivre leur ruée vers l'or

24/08/2012 07:34 EDT | Actualisé 24/10/2012 05:12 EDT

Après le succès des athlètes britanniques aux jeux Olympiques, l'équipe handisport, deuxième à Pékin en 2008, espère faire au moins aussi bien aux Paralympiques, qui s'ouvrent mercredi à Londres, berceau du paralympisme.

Les Britanniques ont fait leur meilleure moisson de médailles depuis un siècle lors des JO clos le 12 août --29 titres et 65 médailles au total--, grimpant du même coup à la troisième place, derrière les Etats-Unis et la Chine.

Le pays hôte espère désormais surfer sur cet état de grâce, en envoyant un nombre record d'athlètes aux Paralympiques, explique le directeur de l'Association paralympique britannique (APB) Tim Hollingsworth.

"Nous sommes représentés dans tous les sports, avec 300 athlètes et 700 officiels, entraîneurs, médecins... C'est une aventure gigantesque, qu'on n'aurait pas pu mener à bien ailleurs que chez nous", poursuit-il, auprès de l'AFP.

"Avec tous les spectateurs venus des quatre coins du monde, les Jeux vont être un énorme succès", assure M. Hollingsworth.

Les Jeux, qui se déroulent du 29 août au 9 septembre, devraient se disputer quasiment à guichets fermés. "Il y un regain d'intérêt, certainement dû à l'enthousiasme suscité par les jeux Olympiques", explique le responsable.

La Grande-Bretagne est considérée comme le berceau des Jeux paralympiques.

C'est près de la capitale britannique, à l'hôpital de Stoke Mandeville, que le Dr Ludwig Guttman eut l'idée de faire faire du sport à des blessés de guerre. Puis en 1948, il y organise des "Jeux mondiaux pour les amputés et personnes en fauteuil roulant".

Les premiers Jeux paralympiques auront lieu à Rome en 1960.

Qui plus est, la Grande-Bretagne est un poids lourd du handisport: elle a fini deuxième des trois dernières éditions.

Les Britanniques sont tellement certains d'égaler --voire d'améliorer-- le nombre de médailles gagnées à Pékin (102 dont 42 en or), qu'ils ont déjà commencé à discuter de la meilleure façon de fêter leur succès.

Chaque médaillé d'or britannique des JO a eu un timbre à son effigie mais pour l'APB, il sera "techniquement impossible pour la Poste d'imprimer un timbre pour tous les médaillés d'or paralympiques", ce qui a suscité des accusations de discrimination.

En raison des nombreuses catégories de sportifs (classés par degré d'invalidité ou type de handicap), plus de 500 titres sont en jeu.

A la place, les titrés figureront sur une série de six timbres et une boîte aux lettres dorée sera inaugurée dans leur ville d'origine, comme pour leurs homologues valides.

Parmi les plus gros espoirs, la natation, de même que l'athlétisme et le cyclisme.

La nageuse Ellie Simmons a gagné deux titres à Pékin sur 100 et 400 m nage libre à seulement 13 ans, tandis que David Weir a remporté le 800 m et le 1500 m.

Le sprinteur Jonnie Peacock a battu le record du monde du 100 m en 10 secondes 85/100e en juin et sera en compétition avec son héros, le Sud-Africain Oscar Pistorius, premier double amputé à participer aux jeux Olympiques en athlétisme avec les valides au début du mois.

Jody Cundy et Sarah Storey, nageuses reconverties dans le cyclisme, ont déjà remporté l'or dans les deux disciplines.

En équitation, Lee Pearson, invaincu depuis 2000, sera très attendu.

Outre ces athlètes expérimentés, la délégation compte la volleyeuse Martine Wright, qui a perdu ses deux jambes dans les attentats de Londres du 7 juillet 2005.

Le slogan des JO "Inspirer une génération" prendra tout son sens lors des Paralympiques, qui seront "l'occasion de mieux faire connaître le handisport et de changer le regard sur le handicap", veut croire M. Hollingsworth.

phz-jc/gf/mam

PLUS:afp