NOUVELLES

Ouverture du congrès du parti du président tunisien

24/08/2012 12:26 EDT | Actualisé 24/10/2012 05:12 EDT

Le Congrès pour la République (CPR), le parti du président tunisien Moncef Marzouki, a ouvert vendredi son congrès à Tunis pour déterminer sa stratégie en vue d'élections de 2013, sur fond de dissensions internes et de désaccords avec ses alliés islamistes.

Cette réunion des délégués du parti doit aboutir à l'adoption dimanche du programme du CPR en vue des élections qui doivent se tenir en 2013 après l'adoption de la nouvelle Constitution.

Ce parti est l'un des trois mouvements composant la coalition au pouvoir avec un autre parti de centre-gauche, Ettakatol, et les islamistes du parti Ennahda, qui dominent l'alliance.

Or, des désaccords profonds avec les islamistes bloquent l'avancée de la rédaction de la loi fondamentale, Ennahda insistant sur un régime parlementaire pur, alors que le CPR et Ettakatol veulent des prérogatives importantes pour le chef de l'Etat.

En outre, le CPR lui-même a été traversé ces derniers mois par des dissensions et plusieurs députés de l'Assemblée nationale constituante (ANC) ont quitté ses rangs pour rejoindre une nouvelle formation, Wafa (fidélité).

Et mi-août, un autre élu à l'ANC, Taher Hmila a été suspendu du parti pour avoir réclamé une expertise médicale du chef de l'Etat et laissé entendre que ce dernier n'avait pas toutes ses facultés mentales.

ms-alf/fc

PLUS:afp