VIDEO

Norvège : peine maximale de 21 ans de prison pour Breivik

24/08/2012 07:04 EDT | Actualisé 24/10/2012 05:12 EDT

Anders Behring Breivik a été déclaré responsable de ses actes et condamné à 21 ans de prison, la peine maximale, pour avoir tué 77 personnes l'été dernier en Norvège.

Le tribunal d'Oslo n'a pas tenu compte d'une des deux expertises psychiatriques qui l'estimait atteint de « schizophrénie paranoïde ».

En vertu des lois norvégiennes, cette peine pourrait être prolongée pendant sa détention aussi longtemps qu'il sera jugé dangereux.

Anders Behring Breivik, qui a maintenant 33 ans, a écouté en souriant la décision de la juge Wenche Elizabeth Arntzen après avoir effectué un salut d'extrême droite à son entrée dans la salle d'audience.

« Le jugement est unanime », a-t-elle déclaré. L'accusé « est condamné à la détention pour une peine de 21 ans, assortie d'un minimum de 10 ans », a-t-elle poursuivi. Il ne pourra donc déposer une demande de libération conditionnelle qu'après 10 ans d'incarcération.

Son avocat a déclaré que son client a choisi de ne pas porter le verdict en appel. « Il dit qu'il ne va pas faire appel maintenant qu'il a été déclaré pénalement responsable », a déclaré Geir Lippestad. Le procureur, qui avait demandé l'internement psychiatrique, n'a quant à lui pas encore annoncé s'il entendait porter la décision en appel.

Anders Behring Breivik était formellement accusé d'acte de terrorisme et d'homicide volontaire. Il a revendiqué l'attentat à la bombe survenu le 22 juillet 2011 contre le siège du gouvernement à Oslo, qui a fait 8 morts, et le massacre par balle de 69 personnes sur l'île d'Utoya, où se tenait un camp d'été des jeunesses travaillistes.

Ces attaques avaient bouleversé la Norvège et révélé des failles dans ses services de police et de sécurité.

En évitant l'internement dans un hôpital psychiatrique, l'accusé obtient satisfaction. Il tenait à être déclaré sain d'esprit pour que ses idées ne soient pas considérées comme délirantes et symptomatiques d'une maladie, mais comme faisant partie d'une idéologie partagée par d'autres.

La question de sa santé mentale a soulevé la polémique lors de son procès, qui s'est tenu du 16 avril au 22 juin. Une première expertise psychiatrique avait d'abord jugé l'accusé schizophrène et psychotique, donc pénalement non responsable de ses actes, ce qui avait soulevé un tollé. Puis, une nouvelle équipe d'experts était venue contredire le précédent rapport en statuant qu'Anders Behring Breivik était sain d'esprit au moment des faits.

L'accusé reconnaissait avoir commis les meurtres, mais plaidait non coupable, jugeant que ce qu'il avait fait était « atroce, mais nécessaire » pour préserver la Norvège d'un multiculturalisme qu'il estime nuisible.

Des survivants ont accueilli la décision sur Twitter avec une grande satisfaction. « OUIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIII!!! », a écrit Emma Martinovic. « Cette merde est enfin finie. La vie peut maintenant commencer », a estimé Ingrid Nymoen.

Anders Behring Breivik retournera à la prison d'Ila, à une douzaine de kilomètres au nord-ouest d'Oslo. Celui qui se dit « écrivain » affirme qu'une autobiographie fait partie de ses projets de livre.

Selon un sondage publié vendredi, 54 % des Norvégiens jugent qu'il aura droit à des conditions de détention trop « clémentes ». Il disposera de trois cellules de 8 mètres carrés : une pour dormir, une pour faire des exercices physiques et une pour travailler. Il aura également accès à un ordinateur portable sans connexion Internet.

Notre album-photo de la tragédie :

PLUS:video