NOUVELLES

Les alliés d'Armstrong

24/08/2012 11:43 EDT | Actualisé 24/10/2012 05:12 EDT

Lance Armstrong n'a pas que des ennemis. D'anciens coéquipiers et de vieux compères ont fait entendre leur voix vendredi pour venir à la rescousse du cycliste américain.

Acculé au mur par l'Agence américaine antidopage (USADA), résigné à se faire arracher ses sept trophées du Tour de France, Armstrong se trouve des alliés.

Johan Bruyneel, l'ex-directeur sportif d'Armstrong et son ami personnel, a ouvert le bal.

« Aujourd'hui, je suis déçu pour Lance et pour le cyclisme en général, que les choses aient atteint un tel point, que Lance en ait assez et ne souhaite plus se défendre dans la campagne de l'USADA contre lui. Lance n'a jamais abandonné un combat juste dans sa vie, donc sa décision montre à quel point ce procès a été injuste », a-t-il déploré.

Ce sentiment est partagé par le Belge Eddy Merckx, une autre légende du cyclisme. Le quintuple vainqueur de la Grande Boucle n'a pas mâché ses mots.

« Lance a été très correct pendant sa carrière. Que peut-il faire de plus? Tous les contrôles qu'il a passés, plus de 500 depuis l'an 2000, se sont révélés négatifs. Ou bien les contrôles ne servent à rien, ou bien Armstrong a été réglo. Tout le procès est basé sur des témoignages. C'est profondément injuste », s'est exclamé Merckx.

Avec Bernard Hinault, Jacques Anquetil et Miguel Indurain, le Belge pourrait redevenir codétenteur du record de victoires du Tour. Cette perspective ne l'enchante guère.

« Que faire de ces classements? Il faut voir ce que l'UCI va décider. C'est de toute façon une mauvaise nouvelle pour le vélo », a-t-il conclu.

Pas pressé de monter en grade

Obtenir une victoire par défaut n'a rien de glorieux pour l'Allemand Jan Ullrich. Le grand rival d'Armstrong au tournant du millénaire s'est dit « fier de ses 2es places ».

Si le cycliste texan se faisait dépouiller de tous ses titres, Ullrich récupérerait trois trophées du Tour de France.

« Je n'y pense pas, je ne suis pas trop près de la procédure. Si le cas se produit éventuellement, j'en parlerai alors. Jusque-là, il ne s'agit que de spéculation », a tranché Ullrich, lui-même suspendu pour deux ans par le Tribunal arbitral du sport et privé de tous ses résultats depuis 2005.

Même son de cloche de l'Espagnol Fernando Escartin, 3e de la Grande Boucle en 1999.

« Je suis arrivé 3e au Tour de France et je resterai 3e. Je ne vais pas aller chercher un trophée maintenant. Il faut lutter contre le dopage sur le moment, pas après cinq ans. »

Une voix discordante

En accord avec l'USADA, le président de l'Agence mondiale antidopage (AMA), John Fahey, a laissé entendre que l'abandon d'Armstrong dans le dossier est un aveu que les allégations « sont fondées ».

En entrevue avec l'Associated Press, Fahey a déclaré être persuadé que « l'USADA a agi selon les règles de l'AMA. Elle a maintenant le droit d'appliquer une sanction qui sera reconnue par toutes les agences mondiales antidopage dans le monde ».

Le président de l'AMA a affirmé qu'Armstrong doit maintenant vivre avec les conséquences de sa décision.

PLUS: