NOUVELLES

La CAQ donnerait plus de pouvoirs aux municipalités

24/08/2012 11:39 EDT | Actualisé 24/10/2012 05:12 EDT

Un texte de Laurence Niosi

Le chef de la Coalition avenir Québec (CAQ), François Legault, n'exclut pas d'accorder un droit de lock-out tel que réclamé par le maire de Québec, Régis Labeaume, afin de « rétablir l'équilibre des forces » entre les villes et les employés municipaux.

La CAQ envisage de donner aux municipalités le pouvoir politique et législatif nécessaire, ainsi qu'une marge de manoeuvre accrue en matière de relations de travail, a annoncé le chef François Legault en point de presse dans la capitale nationale, vendredi matin.

Il propose de créer une charte des municipalités afin de définir les pouvoirs qui pourraient être transférés aux municipalités, « en échange de plus de transparence et d'imputabilité », a précisé le chef caquiste.

M. Legault a en outre estimé à 4,5 milliards de dollars le déficit des régimes de retraite des employés municipaux, un « problème » qu'il s'est engagé à ne pas « pelleter dans la cour des contribuables ». « 65 % des citoyens n'ont pas de fonds de pension, a-t-il martelé. Ça serait complètement injuste de demander aux gens sans fonds de pension de venir financer les employés qui en ont ».

Le chef de la CAQ a par ailleurs fermé la porte à la mise en place d'un tribunal permanent d'arbitrage pour régler les conflits dans les municipalités, comme l'a réclamé la chef du PQ Pauline Marois. Ce type de tribunal trancherait en faveur des municipalités qui ont les meilleures conditions de travail, souligne-t-il, rappelant que les employés des municipalités gagnent déjà 29 % de plus que ceux du gouvernement du Québec.

Il s'est tout de même dit « prêt à écouter les propositions » du président de la FTQ, Michel Arsenault, que le chef caquiste devait rencontrer deux fois pour discuter du droit de lock-out. Chaque fois, les rencontres ont été annulées.

Engagements pour Québec

François Legault était par ailleurs dans la capitale pour annoncer ses engagements pour Québec, qu'il promet de « balayer » aux prochaines élections générales.

M. Legault s'est tout de même refusé à promettre des investissements dans certains grands projets de la capitale, comme l'anneau de glace et la promenade Samuel-de-Champlain, comme l'a fait le premier ministre Jean Charest la semaine dernière.

Il s'est néanmoins engagé à « examiner de très près » ces projets jusqu'à obtention de leurs états financiers. « Je ne viendrai pas ici jouer au père Noël, comme l'a fait M. Charest il y a quelques jours », a-t-il lancé, allusion aux quelque 300 millions de dollars promis dans la région par le gouvernement libéral .

Le chef de la CAQ a promis également de créer un centre d'expertise pour Transports Québec et de relancer le zoo de Québec, d'où M. Legault a décidé de tenir symboliquement son point de presse. Élu, il lancerait un appel d'offre pour en faire, avec un partenaire privé, un projet récréotouristique.

PLUS: