NOUVELLES

Italie - La Serie A va-t-elle souffrir en Ligue des Champions?

24/08/2012 11:15 EDT | Actualisé 24/10/2012 05:12 EDT

Symbole du déclin de la Serie A, seules trois équipes italiennes disputeront la Ligue des champions cette saison: la Juventus, privée de son entraîneur Antonio Conte, éclaboussé par le "Calcioscommesse", le Milan AC, pillé par le PSG, et l'Udinese, à condition qu'elle passe les barrages.

. Juventus, des certitudes aux doutes

La Juventus s'est qualifiée pour la prestigieuse compétition européenne après avoir remporté le championnat sans aucune défaite. Mais les certitudes glanées la saison passée se sont en partie estompées avec la suspension pour dix mois de son entraîneur, Antonio Conte, impliqué dans le scandale du "calcioscommesse".

L'expérience des anciens comme Buffon ou Pirlo (qui a déjà remporté le trophée deux fois, alors qu'il jouait au Milan), habitués aux joutes européennes, combinée à la fougue des plus jeunes comme Marchisio ou Giovinco, devrait permettre au club turinois de faire autre chose que de la figuration.

Une question reste entière: Massimo Carrera, qui débutera sa carrière d'entraîneur samedi pour la première journée du championnat, parviendra-t-il à donner de la cohésion aux "Bianconeri"?

En outre, la Juventus, qui a estimé par la voix de son président, Andrea Agnelli, que la suspension de son coach était un "scandale", sera sans doute animée par un esprit de revanche qui pourrait la faire se transcender.

. Milan AC, année zéro

Le Milan AC n'a pas eu d'autres alternatives, cet été, que de vendre ses meilleurs joueurs au Paris SG pour renflouer ses caisses. Les départs de Thiago Silva, puis de Zlatan Ibrahimovic ont ainsi considérablement affaibli l'effectif milanais.

En outre, les départs vers d'autres horizons des anciens Rino Gattuso et Alessandro Nesta n'ont rien arrangé à l'affaire. Côté arrivée, en attendant peut-être le retour de Kakà, les Rossoneri ont accueilli Pazzini de l'Inter Milan, en échange de Cassano.

Sur le papier, le club de Silvio Berlusconi fait pâle figure. Mais l'ancien chef du gouvernement italien l'a annoncé cet été: "fini le temps des stars trop payées, place aux jeunes". Si la formule peut fonctionner en championnat, elle semble un peu plus périlleuse face aux cadors espagnols et anglais.

Mais certaines individualités, comme Boateng ou Robinho, tireront les "Rossoneri" vers le haut.

. Udinese, la novice

Le match nul 1-1 obtenu sur la pelouse des Portugais de Braga mercredi laisse de bons espoirs à l'Udinese de se qualifier pour la coupe aux grandes oreilles. Le match retour aura lieu mardi 28 août à Udine.

Le club de la région du Frioul (nord) n'a disputé depuis sa création en 1896 qu'à une seule reprise la Ligue des champions: c'était lors de la saison 2005-2006. Les Italiens avaient été éliminés en se classant troisièmes de leur groupe, derrière Barcelone et le Werder de Brême.

L'an passé, l'Udinese avait déjà échoué lors des barrages, en s'inclinant contre Arsenal. En cas de qualification, le club entraîné par Francesco Guidolin trouvera en la personne d'Antonio Di Natale, 34 ans, son meilleur atout offensif.

Depuis son arrivée au club en 2004, "Toto" Di Natale a inscrit 159 buts en 308 matchs. Mais comme ses coéquipiers, l'attaquant n'est pas un habitué de la C1. Au beau jeu qui caractérise son football depuis plusieurs saisons, l'Udinese devra substituer un réalisme qui lui fait souvent défaut pour ne pas être éliminée d'emblée.

ldc/fka/kn/smr

PLUS:afp