NOUVELLES

Chypre: commission d'enquête sur les banques ayant réclamé l'aide de l'Etat

24/08/2012 08:35 EDT | Actualisé 24/10/2012 05:12 EDT

La banque centrale de Chypre a annoncé vendredi avoir sollicité le cabinet-conseil Alvarez & Marsal (A&M) pour mener une enquête indépendante sur les circonstances ayant conduit les deux plus grandes banques de l'île à réclamer l'aide de l'Etat.

"La banque centrale de Chypre espère que l'enquête permettra de comprendre clairement la situation financière difficile dans laquelle se trouve la République de Chypre et permettra d'y remédier et d'asseoir la stabilité du secteur bancaire", indique-t-elle dans un communiqué.

Nicosie a sollicité en juin l'aide de l'Union européenne, de la Banque centrale européenne (BCE) et du Fonds monétaire international (FMI), après que la Popular Bank et la Bank of Cyprus eurent échoué à recapitaliser pour faire face à l'aggravation de la crise de la zone euro.

Les besoins de ces deux banques pour satisfaire aux exigences de solvabilité des autorités de supervision bancaire européennes sont estimés à 2,3 milliards d'euros.

Le système bancaire dans son ensemble a besoin de 4,5 milliards d'euros, soit 25% du PIB du pays.

La République de Chypre, membre de l'UE depuis 2004 et de la zone euro depuis 2008, est le premier pays à assurer la présidence tournante de six mois de l'Union européenne (depuis le 1er juillet) tout en lui demandant un prêt d'urgence.

Elle a pris de plein fouet la crise en Grèce, pays dont elle est très proche économiquement et culturellement.

Une "troïka" constituée de représentants de l'UE, de la BCE et du FMI s'est rendue sur l'île méditerranéenne et doit remettre en septembre un rapport détaillant les mesures que doit prendre Nicosie pour redresser son économie et sauver ses banques.

Jeudi, Chypre avait indiqué que son économie devrait se contracter de 1,5% en 2012, un taux plus élevé que celui de 0,5% prévu précédemment.

cc/kir/str/vl

PLUS:afp