Bryan Perro, père du célèbre aventurier Amos Daragon, porte depuis peu le chapeau d'éditeur au sein de sa propre maison d'édition, Perro Éditeur. Comme tout premier client, il a le bonheur d'avoir Henri Vernes, auteur de plus de 200 romans d'aventures de Bob Morane, un modèle devenu ami et mentor.

À 94 ans, le grand Henri Vernes a accepté - et choisi - de republier le trio d'aventures québécoises de Bob Morane et de son vieil ami écossais William (dit Bill) Ballentine. On a choisi de réunir en seul volume Le diable du Labrador, Terreur à la Manicouagan et Des loups sur la piste.

«Je l'ai rencontré en 2010 à titre de fan. Entre nous deux, ça a cliqué. Le publier, c'est un honneur!», ajoute Bryan Perro. «Je redécouvre ses textes, ce qu'il a fait, mais aussi l'artiste et l'homme qu'il est. C'est très motivant.»

«Le Québec, c'est aussi l'exotisme! Les grandes étendues de neige, les loups qui attaquent, le barrage de la Manicouagan qui doit être sauvé, c'est tout ça!», m'explique Bryan Perro tout enthousiaste. Et c'est l'une des raisons pour laquelle il a choisi de relancer Bob Morane au Québec, trois des quelques 200 aventures du célèbre héros se déroulant au coeur de la vieille province.

«Bob Morane, c'est un vrai héros comme il ne s'en fait plus, un défenseur de la veuve et de l'orphelin», ajoute-t-il.

Vivre dans le présent

Un autre bouquin de Vernes, écrit dans les années 40 alors qu'il était membre de la résistance, sous l'occupation allemande, a aussi été réédité.

«Alors que toutes les portes étaient fermées, que la liberté n'existait plus en Belgique, il a écrit ce livre intitulé La porte ouverte. C'est un peu les racines de ce qu'allait être ensuite Bob Morane: cette même envie d'aventure, de liberté, d'action et de grands espaces. Cette même envie de vivre librement sa vie», ajoute Bryan Perro.

Malgré son âge avancé, Henri Vernes «vit totalement dans le présent», assure celui qui l'a rencontré à quelques reprises et qui a pu bénéficier de ses judicieux conseils. «Il est toujours très lucide et très en forme. Il prend ses décisions lui-même et annote toujours ses contrats. Il possède, tout de même, une expérience de 65 ans dans le monde de l'édition.

Pour Bryan Perro transformé en éditeur, est-il temps d'envisager la fin d'Amos Daragon et de l'écriture? «Pas du tout. J'écris toujours, je m'occupe des spectacles d'Amos Daragon qui sont très populaires tout en travaillant comme éditeur», répond-t-il. «J'aime ce que je fais dans la vie et tout ce que je fais, je le fais avec passion.»