NOUVELLES

Vote de grève chez les professeurs de l'UQAM

23/08/2012 01:51 EDT | Actualisé 22/10/2012 05:12 EDT

Les professeurs de l'UQAM ont approuvé jeudi à 65 % une résolution faisant en sorte qu'ils pourraient refuser de donner des cours.

Les enseignants devaient se prononcer sur un projet de résolution qui invite « les membres touchés par des actions ou circonstances perturbant fortement les conditions normales d'enseignement à exercer leurs libertés politiques et universitaires ».

Environ 30 % des membres étaient présents lors de l'assemblée générale.

L'adoption de cette résolution pourrait mener au déclenchement d'un « arrêt de prestation d'enseignement dans des programmes ou des facultés dans l'éventualité où les conditions normales d'enseignement ne sont pas réunies ».

Cette décision serait prise de concert avec le syndicat.

Le choix pour les enseignants de ne pas donner les cours contreviendrait à leur convention collective et à la loi 12 (projet de loi 78), mais le projet de résolution indique que l'assemblée aura été « informée des conséquences qui peuvent découler » de cette infraction.

Sur son site Internet, le Syndicat des professeurs et professeures de l'UQAM (SPUQ) appuie la grève étudiante, ainsi que l'« instauration progressive de la gratuité scolaire ».

Poursuite de la grève

Les étudiants de la Faculté des sciences humaines de l'UQAM se sont par ailleurs prononcés pour la poursuite de la grève. 409 étudiants ont voté pour reconduire la grève, 276 ont voté contreet 18 se sont abstenus.

Depuis lundi, quatre facultés de l'UQAM ont opté pour la fin de la grève ou pour une trêve électorale. Seule la Faculté des arts avait voté pour la poursuite de la grève jusqu'ici.

La plupart des facultés universitaires en grève prévoient un retour en classe le 27 août, selon la CLASSE.

La loi spéciale adoptée le 18 mai par le gouvernement Charest stipule que les enseignants doivent se présenter au travail et accomplir les devoirs attachés à leurs fonctions dès l'entrée en vigueur de la loi. Les contrevenants pourraient faire face à des amendes.

PLUS: