NOUVELLES

USA: Obama le mieux à même de faire revenir le plein-emploi (Bill Clinton)

23/08/2012 01:22 EDT | Actualisé 23/10/2012 05:12 EDT

L'ancien président Bill Clinton a assuré que son successeur Barack Obama était plus à même de faire revenir les Etats-Unis au plein-emploi que le républicain Mitt Romney, dans une nouvelle vidéo publicitaire diffusée par l'équipe de campagne du président sortant.

"Pour moi, il s'agit dans cette élection de savoir qui a le plus de chances de nous faire revenir au plein-emploi", explique M. Clinton dans cette vidéo qui sera diffusée dans une série d'Etats cruciaux sur la carte électorale en vue de la présidentielle du 6 novembre.

Pour M. Clinton, président de 1993 à 2001, "le projet républicain est de réduire davantage les impôts des hauts revenus et de déréguler à nouveau. C'est ce qui nous a mis dans le pétrin".

En revanche, selon lui, "le président Obama a un plan pour reconstruire les Etats-Unis du bas vers le haut, en investissant dans la recherche, l'éducation et la formation professionnelle. Cela ne fonctionne que si la classe moyenne est forte. C'est ce qui s'est produit quand j'étais président".

M. Romney, un ancien entrepreneur multimillionnaire, affirme que son succès dans les affaires le qualifie pour devenir un bon président pour l'emploi des Américains. Il assure que M. Obama est incompétent en la matière et en veut pour preuve le chômage qui stagne au dessus de 8%, un taux élevé pour les Etats-Unis où ce taux n'était que de 5% avant l'éclatement de la crise en 2008.

M. Clinton, qui vient d'avoir 66 ans, est le seul démocrate à avoir servi deux mandats pleins à la tête des Etats-Unis depuis la fin de la Seconde Guerre mondiale. Resté populaire et influent au sein de sa formation, il est régulièrement mobilisé par l'équipe de M. Obama pour défendre le bilan et le programme du président sortant.

L'ancien dirigeant doit aussi jouer aussi un rôle de premier plan lors de la convention nationale démocrate qui intronisera M. Obama comme candidat de la formation début septembre à Charlotte (Caroline du Nord, sud-est).

tq/are

PLUS:afp