NOUVELLES

Présidentielle: la presse américaine très négative envers les deux candidats

23/08/2012 10:36 EDT | Actualisé 23/10/2012 05:12 EDT

Qu'elle traite de Mitt Romney ou de Barack Obama, la presse américaine a ces derniers mois été particulièrement négative envers les deux candidats à l'élection présidentielle, selon une étude parue jeudi.

La couverture de Mitt Romney a été à 71% négative, et celle de Barack Obama à 72% négative, selon cette étude du centre de recherches indépendant Pew (Pew Research Center).

Le centre souligne en outre que la couverture est restée limitée à quelques idées répétées à l'envi, souvent influencées par les équipes de campagne, mais auxquelles le public n'adhère pas forcément.

Pour Obama, deux discours opposés dominent, tous deux liés à l'économie. Le premier affirme que sa politique a échoué. Le deuxième, moins fréquent, avance que les choses auraient été pires sans lui.

Les médias s'interrogent également régulièrement pour savoir si le président croit vraiment au capitalisme américain. Et quatrième thème régulièrement traité, le président serait malhonnête et manquerait d'intégrité, selon Pew.

Le portrait de Mitt Romney, dressé par les 50 médias suivis par le Centre de recherche pendant dix semaines n'est guère plus nuancé. Son passé à la tête de fonds d'investissement en ferait un "vautour" capitaliste peu soucieux des salariés. Il serait un élitiste déconnecté de l'Américain moyen, un gaffeur peu à l'aise en campagne.

Le Pew, dont le "projet pour l'excellence en journalisme" suit les campagnes électorales depuis 2000, souligne qu'il faut remonter à 2004, année électorale enflammée par la controverse sur l'Irak, pour trouver une couverture aussi négative des deux candidats, à l'époque George W. Bush et John Kerry.

Et il souligne qu'en 2012, "de plus en plus de ce que le public entend sur les candidats vient maintenant des équipes de campagne, et de moins en moins de journalistes agissant comme des reporters ou des interprètes de qui sont les candidats".

"Les journalistes jouent un plus petit rôle dans la construction des récits", ajoute le Pew. "Les campagnes à l'inverse jouent un rôle toujours plus grand dans la construction de ces récits".

Ses conclusions sont basées sur l'examen de 1.772 assertions contenues dans plus de 800 histoires des principaux médias américains sur tous les supports (radio, télévision, papier, internet).

bd/bdx

PLUS:afp