NOUVELLES

Mine de Marikana: Julius Malema exhorte les grévistes à "ne pas lâcher"

23/08/2012 10:00 EDT | Actualisé 23/10/2012 05:12 EDT

Julius Malema, l'ex-président de la Ligue de jeunesse de l'ANC, qui s'est invité jeudi à la principale cérémonie d'hommage aux 44 victimes du conflit social de la mine de Marikana, a exhorté les mineurs "ne pas lâcher".

"Vous ne pouvez compter que sur vous-mêmes, il faut vous lever, ne jamais avoir peur des lâches", a-t-il ajouté, avant de surenchérir avec de nouvelles attaques contre le pouvoir politique et économique.

"Les raisons du gouvernement pour ne pas intervenir sont que les bénéfices doivent continuer", a-t-il relevé, s'en prenant nommément à Cyril Ramaphosa, haut dirigeant de l'ANC reconverti dans les affaires qui siège au conseil d'administration de la mine.

"C'est un peu comme s'il disait +je vais vous tuer et payer votre enterrement+, il est très arrogant", a-t-il noté en allusion aux 2 millions de rands (200.000 euros) débloqués par le holding de M. Ramaphosa pour venir en aide aux familles endeuillées.

"Nous n'allons pas nous retirer, nous n'allons pas nous rendre jusqu'à ce que +umlungu+ (le Blanc, en zoulou, ndlr) nous donne notre argent", a ajouté le jeune tribun, coutumier des débordements verbaux à connotation raciste.

Malema, dans l'ombre depuis son exclusion du parti dominant en avril, tente un retour en force sur la scène politique et médiatique en utilisant le drame de Marikana.

Le jeune politicien de 31 ans, exclu de l'ANC, n'a plus de structure derrière lui. Il était présent à la cérémonie principale, assis au deuxième rang.

C'est à la fin de la cérémonie religieuse qu'il est monté sur la scène, quand les organisateurs ont proposé à qui le voulait de prendre la parole.

La foule l'a écouté avant de se lancer dans des chants et des danses, y compris sur le podium, provoquant des bousculades.

sn/clr/liu/aub

PLUS:afp