NOUVELLES

Les civils sont les principales victimes à Alep, dénonce Amnistie Internationale

23/08/2012 05:50 EDT | Actualisé 23/10/2012 05:12 EDT

BEYROUTH - Les civils, et en particulier les enfants, sont les principales victimes des attaques des forces gouvernementales syriennes à Alep, dénonce Amnistie internationale dans un rapport publié jeudi.

Selon le rapport de l'organisation de défense des droits la personne, les tirs d'artillerie et les frappes aériennes menés contre des quartiers résidentiels d'Alep, dans le nord-ouest de la Syrie, sont aveugles et mettent gravement en danger la sécurité des populations civiles.

Les forces gouvernementales et les opposants s'affrontent depuis un mois à Alep.

Amnistie internationale dit avoir enquêté pendant dix jours à Alep, pendant les deux premières semaines de juillet, sur une trentaine d'attaques au cours desquelles plus de 80 civils ont été tués, et de nombreux autres blessés.

Amnistie internationale cite le cas d'une famille qui a perdu dix membres, dont sept enfants. Leur maison a été totalement détruite lors de deux bombardements le 6 août.

Des corps d'hommes généralement jeunes, souvent menottés et présentant des blessures par balle à la tête, ont été retrouvés à de nombreuses reprises près du siège des services de renseignement de l'armée de l'air, dans une zone contrôlée par l'armée.

Plus de 20 000 personnes ont été tuées depuis le début de l'insurrection syrienne en mars 2011, selon les militants de l'opposition.

PLUS:pc