NOUVELLES

Le pétrole finit en baisse à New York à 96,27 dollars le baril

23/08/2012 04:11 EDT | Actualisé 23/10/2012 05:12 EDT

Les cours du pétrole ont terminé en baisse jeudi à New York, affectés par de nouveaux doutes sur une éventuelle intervention de la Banque centrale américaine (Fed) et par l'assombrissement des perspectives pour la demande de brut en Chine et en Europe.

Le baril de référence pour livraison en octobre a perdu 99 cents à 96,27 dollars, sur le New York Mercantile Exchange (Nymex).

"Nous avons dans un premiers temps eu un peu d'espoir sur un assouplissement de la politique monétaire, mais cette conviction s'est affaiblie", a souligné Bart Melek, analyste à TD Securities.

Les cours du brut avaient débuté en hausse à New York, prolongeant la hausse entamée hier après la publication des minutes de la dernière réunion de la Fed, selon lesquelles les dirigeants de la Banque centrale n'excluaient pas d'augmenter "sous peu" leur soutien à l'économie américaine.

La perspective d'un assouplissement monétaire, qui se traduit par une nouvelle injection de liquidités dans l'économie et par la dilution de la valeur du billet vert, contribuait à rendre plus intéressants les achats de brut libellés en dollars pour les investisseurs munis d'autres devises.

Et "les précédentes phases d'assouplissement avaient généré des hausses des prix", a rappelé John Kilduff, analyste à Again Capital.

Mais les commentaires dans la matinée de l'un de ces responsables, le président de l'antenne de la Fed à Saint-Louis (Missouri, centre) James Bullard, ont refroidi les espoirs des opérateurs.

Dans un entretien à la chaîne CNBC, il a estimé qu'étant donné la légère amélioration des données économiques aux Etats-Unis depuis la dernière rencontre, de nouvelles mesures de soutien à la croissance n'étaient pas justifiées.

Les cours du brut ont aussi été affectés par des craintes sur la croissance des économies chinoise et européenne, a souligné M. Melek.

L'activité manufacturière en Chine a continué à se contracter au mois d'août pour le neuvième mois consécutif et l'activité du secteur privé dans la zone euro s'est encore contractée en août, pour le septième mois consécutif, signe d'une probable récession au troisième trimestre.

"Cela confirme que la demande de pétrole dans ces zones ne sera pas fantastique", selon M. Melek.

jum/ppa/sam

PLUS:afp