NOUVELLES

Lance Armstrong baisse les bras, laisse tomber sa lutte concernant les soupçons de dopage

23/08/2012 03:15 EDT | Actualisé 23/10/2012 05:12 EDT

AUSTIN, États-Unis - Lance Armstrong, qui a remporté sept fois le Tour de France, a décidé en fin de soirée jeudi de ne pas défier les allégations de dopage formulées à son endroit, par l'agence antidopage américaine (USADA), et en conséquence il a accepté une série de sanctions.

Quelques minutes plus tard, le directeur exécutif de l'USADA Travis Tygart a confirmé que l'agence infligera une suspension à vie du cyclisme et le retrait de ses sept victoires au Tour de France pour dopage.

Armstrong avait déclaré que l'USADA n'avait pas l'autorité pour lui retirer ses titres. Cependant, Tygart a confié à l'Associated Press que l'USADA pourra le faire.

Tygart a décrit le dossier d'Armstrong comme étant un exemple «crève-coeur» de la victoire à tout prix dans les sports.

Armstrong avait jusqu'ici fortement nié toute faute au cours d'une carrière exceptionnelle. Il a ainsi laissé tomber sa lutte contre l'USADA, et a confirmé du même coup qu'il acceptait de mettre son héritage sportif en péril.

Les officiels antidopage l'ont accusé d'avoir utilisé des produits améliorant la performance, incluant des stéroïdes et des transfusions sanguines, et d'avoir pris part à un système élaboré de dopage à l'intérieur de ses équipes de 1999 à 2005, alors qu'il a remporté la Grande boucle à chaque année.

Les responsables de l'USADA ont dit que potentiellement jusqu'à 10 anciens coéquipiers étaient prêts à témoigner contre lui. Ils font aussi valoir qu'ils ont des résultats de tests de 2009 et 2010 qui ne peuvent laisser croire qu'à du dopage.

Armstrong avait jusqu'ici rétorqué avoir réussi plus de 500 tests antidopage en carrière, et que les officiels de l'USADA lui livraient une guerre personnelle.

Armstrong, 40 ans, s'est retiré du cyclisme en 2011 sans être accusé après une enquête fédérale de deux ans, semblable à celle de l'USADA.

Des sanctions de l'USADA entacheront vraisemblablement la réputation de celui qui est vu comme l'un des grands cyclistes de l'histoire, vu par plusieurs comme un héros pour avoir vaincu un cancer des testicules. Plusieurs ont aussi louangé la fondation qu'il a mise sur pied, pour offrir du soutien à ceux qui ont défait le cancer et pour financer la recherche.

Les plus récentes accusations ont semé la discorde entre agences. L'Union cycliste internationale, basée en Suisse, a dit que l'USADA n'a pas la juridiction pour mener le dossier, demandant aux Américains de leur donner leurs preuves pour voir si une enquête doit avoir lieu. L'Agence mondiale antidopage s'est rangée derrière l'USADA à ce chapitre.

Armstrong a poursuivi l'USADA en cour fédérale pour stopper leur enquête, disant que le processus d'arbitrage contrevenait aux règles. La poursuite a été rejetée lundi, ce qui a forcé Armstrong à décider s'il conteste les charges en arbitrage. L'USADA a répondu que ses méthodes étaient justes et largement reconnues un peu partout dans le monde.

PLUS:pc