NOUVELLES

La satisfaction des investisseurs à l'égard des sociétés de placement recule

23/08/2012 10:14 EDT | Actualisé 23/10/2012 05:12 EDT

TORONTO - La satisfaction des investisseurs canadiens à l'égard de leurs sociétés de placement de plein exercice diminue pour la deuxième année consécutive, alors que les relations entre les investisseurs et les conseillers sont moins solides, selon l'étude sur la satisfaction des investisseurs canadiens à l'égard des sociétés de placement de plein exercice 2012 de J.D. Power and Associates publiée jeudi.

Dans un contexte d'incertitude économique mondiale, la satisfaction globale à l'égard des sociétés de placement de plein exercice au Canada s'est établie en moyenne à 720 sur une échelle de 1 000 points, en baisse de 13 points par rapport à 2011.

À l'inverse, la satisfaction des investisseurs américains est en hausse depuis deux années consécutives, pour se chiffrer à 775 en 2012,1 creusant l'écart entre les investisseurs canadiens et américains de 55 points, contre 39 points en 2011.

Les investisseurs canadiens accordent en moyenne une note de 7,8 sur une échelle de 10 à leur conseiller pour s'être soucié de leurs besoins comparativement aux investisseurs américains qui leur accordent une note moyenne de 8,4. De plus, les investisseurs canadiens donnent à leur conseiller une note de 7,4 en moyenne pour leur promptitude à les informer des tendances du marché, contre une note moyenne de 8,1 chez les investisseurs américains.

La satisfaction d'un investisseur est étroitement liée aux résultats de sa société de placement, étant donné que cette expérience influence sa fidélité, son soutien et sa part du portefeuille. Alors que 77 pour cent des investisseurs qui sont très satisfaits (note de 900 ou plus) affirment qu'ils recommanderont «certainement» leur société de placement principale, seulement 4 pour cent des investisseurs peu satisfaits (note inférieure à 700) en feront autant.

En outre, 27 pour cent des investisseurs qui sont très satisfaits affirment qu'ils augmenteront leur investissement auprès de leur société de placement principale au cours des 12 prochains moins, comparativement à seulement 14 pour cent des investisseurs peu satisfaits.

PLUS:pc