NOUVELLES

Chypre prévoit une contraction de 1,5% de son économie en 2012

23/08/2012 12:32 EDT | Actualisé 23/10/2012 05:12 EDT

La République de Chypre, prévoit que son économie devrait se contracter de 1,5% en 2012, un taux plus élevé que celui de 0,5% prévu précédemment, le déficit budgétaire restant supérieur à 3% du PIB, a indiqué le porte-parole du gouvernement jeudi.

"Nous estimons, d'après la situation actuelle, que sans prendre d'autres mesures (de rigueur) le déficit tournera autour de 4,5% (du Produit intérieur brut)", a indiqué Stefanos Stefanou.

Selon des chiffres publiés la semaine dernière, l'économie chypriote, déjà en récession, s'est contractée de 2,4% au cours du deuxième trimestre 2012, par rapport à la même période l'année dernière.

Nicosie, membre de l'UE depuis 2004 et de la zone euro depuis 2008, s'était engagée à maintenir son déficit à un taux égal ou inférieur à la limite des 3% du PIB imposée par l'Union européenne (UE). Ce déficit avait atteint les 6% du PIB l'année dernière.

Chypre négocie actuellement avec "la troïka", composée de représentants de la Commission européenne, du Fonds monétaire international (FMI) et de la Banque centrale européenne (BCE), le montant d'une aide destinée à soutenir son économie et renflouer ses banques.

"La troïka a son avis sur les secteurs où il faut faire des coupes budgétaires et ceux qui peuvent augmenter nos recettes, et nous avons notre façon de voir les choses", a souligné M. Stefanou.

Selon la presse chypriote, la troïka demanderait au gouvernement de réduire les salaires des fonctionnaires de 15%, les prestations sociales de 10%, de diminuer l'aide au logement et les subventions indexées sur l'inflation, d'augmenter la TVA (qui a déjà augmenté de 15% à 17% en mars), et de privatiser les institutions semi-gouvernementales.

Le porte-parole a mentionné un plan de rigueur en préparation, qui "augmenterait les recettes du gouvernement et réduirait les dépenses", sans donner davantage de précisions.

Au cours des six premiers mois de l'année, le gouvernement n'a réduit ses dépenses que de 1,37%. Son objectif était de les réduire de 3%.

Chypre espère que le montant du prêt fera l'objet d'un accord en septembre. La troïka n'a pas encore donné de date définitive pour la signature de l'accord ni d'indication sur le montant de cette aide.

Selon l'agence de notation Standard and Poor's, celle-ci pourrait atteindre 15 milliards d'euros sur trois ans.

Chypre a déjà reçu fin 2011 un prêt à faible intérêt de 2,5 milliards d'euros de la part de la Russie et espère encore obtenir de Moscou un nouveau prêt de cinq milliards d'euros.

cc/jds/str/jld

PLUS:afp