NOUVELLES

Ban Ki-moon à Téhéran: tout "dépend du message passé", note la France

23/08/2012 09:19 EDT | Actualisé 23/10/2012 05:12 EDT

Le ministre français des Affaires étrangères, Laurent Fabius, a laissé entendre jeudi que le déplacement prochain du secrétaire général de l'ONU en Iran pouvait avoir un intérêt du moment qu'un message clair était passé à Téhéran sur la Syrie et le dossier nucléaire.

"Beaucoup dépend du message qui est passé. Il faut quand même avoir à l'esprit, et M. Ban Ki-moon l'a certainement, que l'Iran est un des pays (...) qui alimentent le plus le conflit en Syrie", a souligné devant la presse Laurent Fabius, en rappelant que les grandes puissances sont aussi "en discussions difficiles avec l'Iran" sur son programme nucléaire controversé.

Ces Etats soupçonnent l'Iran de vouloir acquérir la bombe nucléaire sous couvert d'un programme nucléaire civil, ce dont se défend Téhéran.

"Tout cela doit être présent dans son esprit", a insisté le ministre, interrogé sur l'annonce d'une participation de Ban Ki-moon au prochain sommet des pays non-alignés programmé les 30 et 31 août à Téhéran, malgré de fortes réserves des Etats-Unis.

Le déplacement en Iran du secrétaire général de l'ONU lui permettra de "transmettre les inquiétudes profondes et les attentes de la communauté internationale" sur le programme nucléaire iranien, le terrorisme et la guerre en Syrie, avait indiqué mercredi son porte-parole, Martin Nesirky.

"Il y a aussi des réalités qu'il ne faut pas oublier", a poursuivi Laurent Fabius, en rappelant que l'Iran "est quand même très isolé dans la communauté internationale". "Tant qu'il maintiendra ses positions sur un certain nombre de sujets, cet isolement, je pense, continuera", a-t-il dit.

Le ministre a enfin estimé que les sanctions imposées à Téhéran par l'ONU, l'Union européenne et les Etats-Unis, "commencent à avoir un effet sérieux sur le régime, en tout cas sur le pays".

prh/thm/jb

PLUS:afp