NOUVELLES

USA: la Fed tentée d'augmenter "sous peu" son soutien à l'économie

22/08/2012 02:22 EDT | Actualisé 22/10/2012 05:12 EDT

Les dirigeants de la banque centrale des Etats-Unis (Fed) seraient tentés d'augmenter "sous peu" leur soutien à l'économie américaine en cas de persistance du ralentissement économique, au moment où les risques de récession réapparaissent dans le pays, selon des élus.

Lors du Comité de politique monétaire de la Fed (FOMC), les 31 juillet et 1er août, "bon nombre de (dirigeants de la Réserve fédérale) ont estimé qu'un nouvel assouplissement monétaire pourrait être justifié sous peu à moins que les renseignements reçus n'indiquent un renforcement appréciable et durable du rythme de la reprise économique", indique le compte-rendu de cette réunion publié mercredi.

"Un certain nombre" de participants, ajoute ce document, ont indiqué à cette occasion qu'"un assouplissement supplémentaire pourrait contribuer à promouvoir une amélioration plus rapide de la conjoncture du marché du travail".

Le compte-rendu de la séance indique néanmoins que "plusieurs membres ont noté le bénéfice qu'il y aurait à accumuler des renseignements supplémentaires" pour déterminer au mieux les perspectives de l'économie nationale.

Depuis plusieurs mois, les responsables de la Fed soulignent que leur tâche est compliquée par l'incertitude entourant l'évolution de la crise en Europe, l'avenir de la politique budgétaire américaine ou encore la trajectoire à venir de l'économie chinoise.

Le 1er août, le FOMC avait finalement décidé de maintenir son cap de politique monétaire tout en indiquant être déterminé à prendre "des mesures supplémentaires" afin de soutenir la reprise économique entamée trois ans plus tôt.

Selon le compte-rendu, les dirigeants de la Fed ont convenus de continuer de "peser avec soin les bénéfices et les coûts potentiels de différents instruments" auxquels ils pourraient recourir (nouveaux achats de titres sur les marchés, prolongation de leur engagement conditionnel à maintenir un taux directeur quasi nul...) avant de décider quoi que ce soit.

Une croissance en berne -----------------------

La Fed pratique depuis la fin de 2008 une politique ultra-accommodante consistant à maintenir son taux directeur proche de zéro et à peser sur les taux à long terme par des opérations d'achat et de vente de titres financiers sur les marchés.

L'économie américaine a nettement ralenti depuis le début de l'année, au point que le taux de croissance officiel des Etats-Unis est tombé à 1,5% au deuxième trimestre, son niveau le plus faible depuis l'été 2010.

Guère optimiste, le Bureau du budget du Congrès américain a par ailleurs estimé mercredi que les Etats-Unis risquaient d'entrer en récession en 2013 s'ils s'infligaient une cure de rigueur forcée en ne modifiant pas les lois budgétaires d'ici à la fin de l'année.

Néanmoins, les données économiques publiées depuis la dernière réunion du FOMC laissent penser que la situation s'est globalement améliorée en juillet.

La Fed a pour double mission d'assurer le plein-emploi et la stabilité des prix, mais les minutes montrent que dans l'ensemble l'inflation n'inquiète pas les membres du FOMC, à la différence de la perspective d'une baisse très lente du chômage dans les mois, voire années à venir.

Notant que bien des choses peuvent encore évoluer d'ici à la prochaine réunion du Comité (12-13 septembre), plusieurs analystes attendent de voir ce que dira le président de la Fed, Ben Bernanke, le 31 août lors de son traditionnel discours de rentrée à Jackson Hole, dans le Wyoming (ouest des Etats-Unis) pour se faire une idée plus claire de la politique à venir de la Réserve fédérale.

mj/jt/lor

PLUS:afp