NOUVELLES

Une trentaine de chef d'Etats attendus à Téhéran pour le sommet des Non-Alignés

22/08/2012 06:11 EDT | Actualisé 22/10/2012 05:12 EDT

Une trentaine de chefs d'Etat ou de gouvernement sont attendus au sommet des pays non-alignés les 30 et 31 août à Téhéran, selon les dirigeants iraniens qui veulent y voir un échec des efforts visant à isoler l'Iran en raison de son programme nucléaire controversé.

"Jusqu'à présent, une centaine de pays (ndlr: sur 120) ont annoncé leur participation, et une trentaine seront représentés par leur président, Premier ministre ou vice-président", a déclaré le chef de la diplomatie Ali Akbar Salehi au site de la télévision d'Etat et à l'agence Isna.

"C'est un très bon chiffre, comparable à celui des sommets précédents des Non-Alignés", a estimé le ministre en évoquant également la possible présence du secrétaire général l'ONU Ban Ki-Moon, qui a suscité des critiques aux Etats-Unis et en Israël.

"Ce sommet est le plus grand événement diplomatique de l'histoire de l'Iran", a affirmé de son côté le porte-parole du ministère des Affaires étrangères Ramine Mehmanparast à Isna.

Le nouveau président égyptien Mohamed Morsi, qui transmettra à l'Iran la présidence tournante du Mouvement, effectuera à cette occasion la première visite en Iran d'un "raïs" depuis la révolution islamique de 1979.

Le Premier ministre indien Manmohan Singh, l'émir du Qatar cheikh Hamad ben Khalifa al-Thani, le président libanais Michel Sleimane ou le dirigeant cubain Raul Castro figurent également parmi les chefs d'Etat ou de gouvernement attendus, selon les médias iraniens.

Aucune liste officielle précise des participants n'a encore été diffusée par les autorités.

L'Iran compte utiliser ses trois ans de présidence du Mouvement pour le rendre "plus actif", alors que "le monde est actuellement dans une situation où l'intérêt des pays indépendants sera menacé s'ils ne prennent pas des mesures" pour se protéger des grandes puissances, a indiqué M. Mehmanparast.

"La tenue de ce sommet (...) va montrer au monde que les complots de l'arrogance (ndlr: les Occidentaux) contre notre gouvernement sont stériles", a estimé de son côté le vice-président Ibrahim Azizi cité par l'agence Mehr, dans une allusion aux efforts occidentaux pour isoler économiquement et politiquement l'Iran.

mod-fpn-lma/hj

PLUS:afp