NOUVELLES

Un ministre israélien réclame le départ du président de l'Autorité palestinienne

22/08/2012 07:02 EDT | Actualisé 22/10/2012 05:12 EDT

JÉRUSALEM - Le ministre israélien des Affaires étrangères a demandé mercredi à la communauté internationale de plaider pour le départ du président de l'Autorité palestinienne, Mahmoud Abbas, estimant que ses politiques sont «un obstacle à la paix».

Le ministre Avigdor Lieberman a transmis sa lettre cette semaine aux membres du «quartet» de médiateurs internationaux au Proche-Orient (les États-Unis, les Nations unies, l'Union européenne et la Russie). La lettre a été rendue publique mercredi.

Avigdor Lieberman réclame de nouvelles élections palestiniennes pour remplacer Mahmoud Abbas, accusant l'Autorité palestienne d'être «un gouvernement despotique miné par la corruption».

«Malgré les délais imposés par M. Abbas, des élections générales devraient être organisées, et une nouvelle équipe légitime et réaliste devrait être élue», écrit M. Lieberman.

«Seul un tel leadership peut permettre des progrès avec Israël.»

Le porte-parole de Mahmoud Abbas, Nabil Abu Rdeneh, a rejeté la position du ministre israélien des Affaires étrangères, estimant qu'il s'agissait d'une «incitation à la violence qui ne contribue en rien au climat de paix».

Les élections générales palestiniennes devaient avoir lieu en 2010, mais elles ont été reportées à plusieurs reprises à cause du conflit persistant entre le Fatah de Mahmoud Abbas et le Hamas. Les deux entités gouvernent séparément la Cisjordanie et la bande de Gaza.

Le premier ministre israélien, Benyamin Nétanyahou, s'est rapidement dissocié des propos de son ministre. Un responsable de son bureau a déclaré que la lettre ne représentait pas la position du gouvernement.

«Même si M. Abbas a créé des difficultés dans la relance des négociations, le gouvernement israélien reste engagé à poursuivre ses efforts pour relancer le dialogue avec les Palestiniens», a déclaré ce responsable, qui a réclamé l'anonymat à cause de la nature délicate du dossier.

Avigdor Lieberman, qui dirige un parti d'extrême droite, est connu pour sa rhétorique incendiaire qui a déjà indisposé ses partenaires du gouvernement.

À Washington, la porte-parole du département d'État américain, Victoria Nuland, a déclaré que les États-Unis avaient «une bonne relation de travail avec le président Abbas».

«Nous nous attendons à pouvoir continuer de travailler avec lui», a-t-elle dit.

PLUS:pc