Tigers-Cats VS Alouettes: Le grand retour au bercail

Publication: Mis à jour:
(Samuel Giguère  Photo :  PC/Liam Richards)
(Samuel Giguère Photo : PC/Liam Richards)

Ce sera soir de retrouvailles pour Avon Cobourne et Samuel Giguère, jeudi soir, au stade Percival-Molson, mais dans des proportions bien différentes.

Le premier, demi offensif des Tiger-Cats de Hamilton (3-4), disputera son premier match de la saison. Et il le fera contre l'équipe avec qui il a remporté deux Coupes Grey, les Alouettes (4-3).

Giguère, lui, renouera avec le football au Québec. Le receveur et retourneur disputera une première rencontre en sol laurentien depuis son tout dernier match universitaire avec le Vert & Or de l'Université de Sherbrooke en 2007, un gain de 28-10 dans lequel il avait inscrit deux touchés, justement sur le terrain de l'Université McGill.

« C'est vraiment un feeling particulier parce que ça fait cinq ans que je n'ai pas joué au Québec », a admis Giguère.

Pour souligner son retour, l'ancien des Colts d'Indianapolis et des Giants de New York, dans la NFL, ne manquera pas de soutien psychologique. Il a en effet trouvé 83 billets pour sa famille, ses proches et même un ancien entraîneur.

En sept matchs cette saison, Giguère a capté 13 passes pour 193 verges, en plus d'avoir retourné 21 bottés d'envoi ou de reprise pour 425 verges. Sa moyenne de 20,2 verges lui vaut le 8e rang de la Ligue canadienne parmi les joueurs avec au moins 10 retours de bottés.

La porte s'ouvre

Cobourne profitera de son côté de l'absence du demi offensif Chevon Walker, blessé, pour prouver qu'il peut encore tenir son bout dans la LCF. L'ancien des Alouettes aura de grosses chaussures à remplir, puisque Walker venait au 2e rang dans le circuit canadien avec 452 verges au sol.

« J'ai commencé ma carrière ici, donc c'est toujours bien de jouer à Montréal. Mais ça ne sera pas différent d'un autre match. L'unique différence est que je n'ai pas joué depuis longtemps. Je suis un peu nerveux à l'idée de me faire frapper. »

Cobourne arrive aussi dans un rôle de second violon auquel il n'est pas habitué. Remercié par la formation ontarienne l'hiver dernier, cette dernière l'a rappelé en juin, quand le demi Martell Mallett a subi une grave blessure au tendon d'Achille. Et à l'issue du camp, Walker lui a été préféré comme partant.

« C'était difficile les deux premiers matchs, a admis Cobourne. Mais j'ai accepté ce rôle de numéro 2. J'en ai parlé avec mon pasteur et il m'a dit : "Tu dois accepter ce rôle comme si tu étais sur le numéro 1 et l'encourager." Et c'est ce que je fais. »

Même s'il a accepté son rôle d'auxiliaire, Cobourne fera tout pour ravir le titre de numéro 1 à Walker.