NOUVELLES

Sur l'Iran, Washington dit à Israël qu'il reste du temps pour la diplomatie

22/08/2012 03:28 EDT | Actualisé 22/10/2012 05:12 EDT

Les Etats-Unis ont des entretiens permanents avec Israël sur le programme nucléaire iranien et font valoir auprès de leur allié qu'ils continuent de privilégier la voie diplomatique sur l'option militaire, a indiqué mercredi la diplomatie américaine.

"La sécurité de nos alliés israéliens est notre toute première préoccupation. Nous continuons nos intenses consultations là-dessus et continuons d'appuyer leurs demandes. Mais nous leur avons très clairement indiqué que, de notre point de vue, il reste du temps pour faire fonctionner la diplomatie", a déclaré la porte-parole du département d'Etat, Victoria Nuland.

Mme Nuland était interrogée sur le climat fébrile qui s'est installé en Israël, entretenu par des déclarations de responsables politiques et d'analystes pour ou contre une frappe militaire israélienne contre l'Iran. Avec ou sans l'aval des Etats-Unis, avec ou sans leur assistance.

D'après des experts israéliens, Israël chercherait à faire pression sur Washington pour obtenir un engagement américain plus ferme sur l'Iran, voire un soutien à une éventuelle opération israélienne.

Sur l'Iran, l'administration Obama privilégie la voie de la diplomatie et des sanctions.

"Nous pensons qu'il reste du temps à la diplomatie, mais les Iraniens doivent faire plus d'efforts pour répondre à nos inquiétudes. Nous restons concentrés sur cette politique à deux voies: diplomatie et pression", a insisté Mme Nuland.

En visite en Afghanistan dimanche, le plus haut gradé américain, le général Martin Dempsey, avait reconnu que les Etats-Unis et Israël avaient un sens de l'urgence et des interprétations qui différaient sur la menace posée par un Iran devenu puissance nucléaire militaire. Car aux yeux du chef d'état-major interarmées américain, les Israéliens "vivent avec une inquiétude existentielle que nous n'avons pas".

Le général Dempsey avait assuré que le Pentagone ne ressentait pas de pression d'Israël pour un éventuel soutien américain à une action militaire israélienne contre l'Iran.

nr/bdx

PLUS:afp