NOUVELLES

Paniers et dollars: rencontre au sommet entre Obama et Michael Jordan

22/08/2012 11:32 EDT | Actualisé 22/10/2012 05:12 EDT

Le président Barack Obama et Michael Jordan se retrouvent mercredi à New York pour une soirée de levée de fonds sur le thème du basket, une rare incursion en politique de l'ancienne superstar de la NBA.

Le président démocrate, distancé en terme de trésorerie par son adversaire républicain Mitt Romney, va passer la soirée au Lincoln Center, un complexe au sud-ouest de Central Park à Manhattan, pour une série d'événements qui devraient rapporter au moins 2,4 millions de dollars.

"Il y aura un dîner à 20.000 dollars par personne pour lequel nous avons vendu environ 120" couverts, selon une porte-parole du comité de campagne démocrate, Jennifer Psaki. Les deux autres événements sont une séance d'autographes à 250 dollars l'unité et un concours de paniers.

Mme Psaki a toutefois refusé de préciser si M. Obama, lui-même passionné de basket, échangerait des passes avec Michael Jordan sur le terrain.

Début août, en révélant l'organisation de cet événement intitulé "Obama Classic", l'équipe de campagne avait annoncé que la star des Knicks de New York Carmelo Anthony, l'ex-pivot de la même équipe Patrick Ewing, ou encore l'ancien joueur du Heat de Miami Alonzo Mourning participeraient à la soirée.

Misant sur la popularité de Michael Jordan, l'équipe de campagne du président américain a aussi organisé une loterie pour une place au dîner contre une donation minimum de trois dollars. Elle est jusqu'ici restée très discrète sur les recettes de ce tirage au sort.

En mai, la mise en jeu d'un dîner chez George Clooney à Hollywood avait provoqué un engouement tel que la campagne de M. Obama en avait tiré neuf millions de dollars.

Aujourd'hui âgé de 49 ans, Michael Jordan, qui a pris sa retraite professionnelle en 2003, est considéré comme le meilleur basketteur de l'histoire, avec six titres de champion NBA avec les Bulls de Chicago --le fief politique de M. Obama--, cinq trophées de meilleur joueur de la Ligue et deux médailles d'or aux jeux Olympiques, en 1984 et 1992.

Coïncidence, il est aussi actionnaire majoritaire de l'équipe des Bobcats de Charlotte (Caroline du Nord, sud-est) où M. Obama sera formellement investi le 6 septembre comme candidat de son parti à la présidentielle du 6 novembre.

Mais il est très rare que Michael Jordan mette sa popularité au service d'une cause.

Il est même resté célèbre pour une phrase controversée prononcée au début des années 1990, quand il avait refusé de soutenir publiquement un candidat démocrate noir face au sénateur de Caroline du Nord à l'époque, Jesse Helms, un ultra-conservateur et adversaire déclaré des droits civiques.

"Les républicains achètent eux aussi des chaussures", avait alors dit Jordan, qui est depuis le début de sa carrière en 1984 sous contrat avec l'équipementier Nike, avec des retombées commerciales se chiffrant en milliards de dollars.

M. Obama, grand admirateur autoproclamé de l'ancien basketteur, son cadet de deux ans, affirme toutefois avoir reçu dès 2004 un chèque de Michael Jordan pour financer sa campagne de sénateur. "Je ne savais pas si je devais l'encaisser ou l'encadrer", a-t-il plaisanté dans un message à ses soutiens.

tq/bdx

PLUS:afp