VIDEO

Mort de Jack Layton : cause gardée secrète

22/08/2012 08:16 EDT | Actualisé 22/10/2012 05:12 EDT

Les proches du défunt chef du NPD à Ottawa, Jack Layton, continuent à refuser de révéler à quel type de cancer il a succombé, un an après sa mort.

M. Layton est mort le 22 août 2011.

Un buste en sa mémoire a été dévoilé, mardi, dans un cimetière de Toronto. Mercredi, sa famille marquera le triste anniversaire de sa mort dans le cadre d'une cérémonie privée.

Pour leur part, les membres du public sont invités à se rassembler devant l'hôtel de ville en soirée pour un hommage posthume. Le rassemblement, organisé par la famille Layton et l'Institut Broadbent, réunira entre autres les chanteurs Ron Sexsmith et Richard Underhill.

Déjà, des dizaines de messages ont été gravés à la craie sur un mur de la place de l'hôtel de ville, comme ça avait été le cas après sa mort.

De son côté, le maire de la Ville Reine, Rob Ford, a réitéré, dans un communiqué, son admiration pour l'ex-chef néo-démocrate, même si les deux hommes étaient aux antipodes politiquement.

« Il m'a beaucoup appris, dit le maire, au sujet de l'importance de défendre ses convictions et de protéger nos institutions. » Les deux politiciens se sont côtoyés lorsqu'ils siégeaient au conseil municipal.

La chef des néo-démocrates ontariens, Andrea Horwath, qualifie M. Layton de « grand leader, de mentor ». Elle raconte qu'elle aurait bien aimé appeler M. Layton pour lui demander conseil durant les douze derniers mois.

Layton célébré en région

À Sudbury, le député néo-démocrate Glenn Thibeault invite les gens à lever un verre à la mémoire de l'ancien chef dans un pub local.

« Tout le monde se souvient à quel point Jack Layton était accessible et proche des gens. On voulait créer un événement qui lui ressemblait », indique le député.

Selon Glenn Thibeault, Layton a toujours eu un attachement particulier pour le Nord de l'Ontario.

« Sudbury occupait une place spéciale pour Jack. Il venait souvent nous rendre visite et a pu parler à des centaines de Sudburois. Je sais que les gens étaient touchés par son authenticité et son approche positive », affirme Glenn Thibeault.

Quel cancer?

M. Layton avait révélé publiquement en 2010 qu'il souffrait du cancer de la prostate. Mais lorsqu'il a quitté ses fonctions de chef de parti en mars 2011, le politicien a parlé d'un deuxième cancer.

Sa veuve, la députée néo-démocrate Olivia Chow, a toujours refusé de donner plus de détails, affirmant que certains patients atteints du cancer risqueraient d'être découragés s'ils apprenaient qu'ils souffrent du même cancer qui a tué M. Layton.

Toutefois, selon l'expert Lawrence Altman, qui a travaillé comme reporter médical pour le New York Times, les médias américains n'accepteraient pas un tel silence.

Vague orange

Avant sa mort, M. Layton avait mené le parti néo-démocrate au statut d'opposition officielle à Ottawa, grâce à une récolte record de 103 sièges lors des élections de 2011.

Natif de Montréal, il a été conseiller municipal à Toronto dans les années 80 et 90, avant de faire le saut sur la scène fédérale. Il représentait alors la circonscription de Toronto-Danforth.

La CBC tourne un film sur sa vie et sa carrière politique, en prévision d'une diffusion en 2013.

Sa veuve, Olivia Chow, est députée du NPD à Ottawa. Elle est pressentie comme candidate à la mairie de Toronto en 2014, même si elle rejette cette idée pour l'instant.

Les derniers mots

Peu de temps avant sa mort, Jack Layton a laissé dans une lettre adressée aux Canadiens et aux membres de son parti un dernier message empreinte d'optimisme.

Relisez cette lettre.

PLUS:video