NOUVELLES

Manifestation étudiante : une firme estimera la foule pour Radio-Canada

22/08/2012 11:20 EDT | Actualisé 22/10/2012 05:12 EDT

Un texte de Laurence Niosi

Une grande manifestation est prévue mercredi dès 14 h à Montréal pour dénoncer la hausse des droits de scolarité imposée par le gouvernement libéral. Combien de manifestants répondront à l'appel de la Coalition large de l'Association pour une solidarité syndicale étudiante (CLASSE) et de la Coalition opposée à la privatisation et à la tarification des services publics?

Dans un souci de transparence, Radio-Canada a retenu les services d'une firme spécialisée, Groupe Altus, pour évaluer scientifiquement la taille de la foule.

L'évaluation des foules fait historiquement l'objet de polémique. Le nombre de manifestants peut souvent varier du simple au double, voire plus, selon les chiffres de la police ou des organisateurs.

En février dernier, des manifestations en Espagne contre la réforme du Code de travail auraient réuni un demi-million de personnes à Madrid, selon ses organisateurs. La police, quant à elle, en rapportait dix fois moins.

À Montréal, où la police ne rend plus publiques ses estimations depuis 1996, le monopole de l'évaluation de la foule revient souvent aux organisateurs.

« C'est à leur avantage de gonfler les chiffres », estime le directeur de la filiale recherche marketing du Groupe Altus, Jean-François Grenier. « Pour un événement culturel, il y a une question monétaire, comme les commanditaires, et en politique, c'est la même chose. Quand beaucoup de monde défend ta cause, ça donne plus de poids médiatique », poursuit-il.

Pour tenter d'obtenir des chiffres plus précis, Radio-Canada, dont les normes et pratiques journalistiques balisent la divulgation de ce genre de chiffres, a fait appel à cet expert en évaluation de foule. Géographe de formation, M. Grenier a été appelé à mesurer la foule lors de divers événements, du défilé de la fierté gaie au spectacle de la Saint-Jean-Baptiste au parc Maisonneuve.

Pour s'y prendre mercredi, Groupe Altus mesurera d'abord la densité de la foule au point de départ de la marche, soit le nombre de personnes au mètre carré. « On commence par prendre une photographie aérienne Google Map de la Place du Canada, puis on calcule les différentes densités sur un territoire de 10 mètres par 10 mètres, et on multiplie », explique Jean-François Grenier.

Puisque les manifestants seront en mouvement, la firme a également prévu de compter des échantillons de manifestants à mi-parcours et à la fin de la marche, à l'aide de compteurs à main.

Lors des précédentes marches étudiantes contre la hausse des droits de scolarité, les organisateurs ont estimé des foules à des dizaines de milliers de personnes. Le 22 mars dernier, certains organisateurs étudiants avaient avancé le chiffre de 200 000 manifestants.

M. Grenier se permet d'en douter. « Pour contenir une telle foule dans la Place du Canada, un espace de 13 000 mètres carrés, il y aurait dû y avoir 12 personnes au mètre carré », souligne-t-il.

Avec sa méthode, le directeur recherche marketing du Groupe Altus calcule la marge d'erreur de 10 à 15 %. « C'est sûr que plus on sort les chiffres rapidement, plus la marge d'erreur est grande », reconnaît-il.

« Mais en fin de compte, notre objectif est d'arriver à des chiffres réalistes », ajoute-t-il.

Revoyez le reportage du 6 avril 2003 de Benoît Giasson à l'émission 5 sur 5, qui a demandé à Jean-François Grenier de compter la foule lors d'une manifestation pour la paix à Montréal :

PLUS: