NOUVELLES

Les rabbins européens appellent le gouvernement allemand à protéger la circoncision

22/08/2012 10:05 EDT | Actualisé 22/10/2012 05:12 EDT

BERLIN - BERLIN (Sipa) — La Conférence des rabbins européens (CER) a appelé mercredi le gouvernement allemand à accélérer la mise en place d'une loi protégeant la circoncision rituelle, après la plainte d'un médecin accusant un rabbin de sévices corporels sur un enfant.

"Ce nouveau développement (...) est une nouvelle offense grave à la liberté religieuse et souligne qu'il est urgent que le gouvernement allemand accélère le processus visant à assurer la protection des droits fondamentaux des minorités", a déclaré le président de la CER, le rabbin Pinchas Goldschmidt.

La plainte a été déposée cette semaine au parquet de Hof, dans l'est de l'Allemagne, qui décidera des suites éventuelles à donner. Selon Gerhard Schmitt, le procureur général de Hof, le médecin a cité dans sa plainte la décision du tribunal de Cologne (ouest) à l'origine de la polémique.

Saisi du cas d'un garçon de quatre ans victime de complications médicales après une circoncision, l'instance avait déclaré en juin que cette pratique constituait une atteinte à l'intégrité physique.

L'Association médicale allemande avait ensuite recommandé aux médecins de cesser de pratiquer la circoncision religieuse en attendant une clarification de la loi en Allemagne.

Le centre Simon Wiesenthal de Los Angeles a promis son "appui juridique" afin de défendre la circoncision, cette ablation rituelle du prépuce essentielle dans la religion juive.

L'organisation a précisé que deux de ses hauts responsables devaient rencontrer la ministre allemande de la Justice la semaine prochaine afin de l'encourager à "agir rapidement pour élaborer une loi qui garantisse la protection juridique totale des droits religieux des juifs et des autres minorités".

Le rabbin incriminé à Hof, David Goldberg, est l'un des rares mohels -les spécialistes chargés de la circoncision- d'Allemagne. Il a déclaré n'avoir aucune intention de cesser ses activités malgré l'incertitude légale.

La porte-parole de la ministre allemande de la Justice, Anne Zimmermann, a dit mercredi à la presse qu'un projet de loi devrait être prêt pour l'automne. "Nous prenons cette requête très au sérieux, bien sûr, et nous soumettrons un projet dès que possible, mais nous étudierons aussi tous les aspects de la question avec la rapidité nécessaire", a-t-elle déclaré.

Le ministre allemand des Affaires étrangères, Guido Westerwelle, est intervenu lors d'un déplacement au Liechtenstein, estimant que "les traditions juives et musulmanes doivent être autorisées à être pratiquées sans incertitude légale".

"Nous ne pouvons pas compromettre la réputation de tolérance religieuse de l'Allemagne dans le monde", a-t-il ajouté. "De mon point de vue, il est nécessaire maintenant d'établir des règles claires."

Le grand rabbin Yona Metzger, qui représente les juifs israéliens d'origine européenne, a suggéré mardi après des rencontres notamment au ministère de la Justice que les rabbins pourraient agréer des mohels à l'issue d'une formation médicale. Il a rappelé que les garçons juifs devaient être circoncis au huitième jour.

Le jugement de Cologne n'interdit pas la circoncision mais inquiète les communautés juive et musulmane qui craignent des poursuites pour cette pratique.

cf/AP-v0306/st

PLUS:pc