MONTRÉAL - Les marchands indépendants de 164 magasins Rona (TSX:RON) à travers le Canada ont fait parvenir une lettre au président et chef de la direction de Lowe's, Robert Niblock, afin de lui faire savoir qu'ils s'opposaient à l'offre publique d'achat hostile de 1,76 milliard $ faite par le géant américain de la rénovation domiciliaire pour la chaîne québécoise de quincailleries.

Dans leur lettre, rendue publique mercredi, les marchands affirment préférer l'approche de Rona, qui regroupe un réseau d'indépendants et quelque 200 magasins corporatifs.

«Notre réaction en est une d'entrepreneurs. Elle vise à nourrir votre réflexion et confirmer les doutes que vous avez exprimés lors de l'annonce de vos résultats financiers, quant à savoir s'il s'agit d'une bonne idée pour vous d'acheter Rona», ont-ils écrit.

«Parce que le modèle d'affaires de Lowe's n'est pas compatible avec celui dans lequel nous avons individuellement choisi d'investir, nous vous disons respectueusement 'non merci'», ont ajouté les marchands indépendants.

Lowe's a approché la plus importante chaîne de magasins de rénovation au Canada avec une offre de 14,50 $ par action, mais sa proposition s'est heurtée à l'opposition farouche aussi bien des dirigeants de l'entreprise montréalaise que du gouvernement du Québec.

M. Niblock a affirmé à des analystes, lundi, qu'une transaction n'était pas «imminente» et que Lowe's (NYSE:LOW) continuait d'évaluer ses options. Lowe's a annoncé du même coup avoir enregistré au deuxième trimestre une baisse de 10 pour cent de son bénéfice net, décevant Wall Street, le détaillant ayant notamment souffert de frais de mises à pied.

Lowe's a également revu à la baisse ses prévisions de profits et revenus pour l'exercice fiscal 2012.

Le gouvernement québécois, qui se penche sur les actions à entreprendre pour contrer l'offre de Lowe's, a estimé que celle-ci n'apparaissait pas «être dans l'intérêt du Québec ni du Canada».

Québec a affirmé que Rona avait joué un rôle stratégique dans la création de dizaines de milliers d'emplois dans la province et le reste du Canada, incluant 50 000 au Québec.

Les détaillants indépendants ont fait écho aux préoccupations du gouvernement dans leur lettre de mercredi.

«Nous avons choisi d'évoluer dans une structure qui nous permet de faire confiance à des centaines de fournisseurs canadiens que nous connaissons par leurs prénoms, qui investit dans le développement professionnel et dont les communautés locales sont au coeur des activités», ont-ils écrit.

«Nous savons ce que nos clients veulent et croyons que l'offre de produits de Rona y répond, de la même manière que l'entreprise reflète des valeurs locales à travers le pays», ont ajouté les marchands.

Lowe's, dont le siège social se trouve Mooresville, en Caroline du Nord, exerce une faible présence au Canada, avec seulement une trentaine de magasins. Au total, Lowe's compte 1745 magasins en Amérique du Nord, pour la plupart aux États-Unis.

Rona, qui compte plus de 30 000 employés, exploite un réseau de plus de 950 magasins corporatifs, franchisés et affiliés dans toutes les régions du Canada, sous diverses bannières.

L'action de Rona a cédé mercredi 67 cents, soit 5,1 pour cent, pour s'échanger à 12,45 $ à la Bourse de Toronto.