NOUVELLES

Le président égyptien aux Etats-Unis à partir du 23 septembre

22/08/2012 10:31 EDT | Actualisé 22/10/2012 05:12 EDT

L'islamiste Mohamed Morsi, premier président civil d'Egypte depuis 1952, effectuera une visite aux Etats-Unis à partir du 23 septembre, pendant laquelle il rencontrera des responsables américains.

M. Morsi participera aux travaux de l'Assemblée générale des Nations unies à New York et aura à Washington des "entretiens avec de hauts responsables américains", a précisé son porte-parole Yasser Ali à l'agence officielle Mena.

Interrogé par l'AFP, le porte-parole a précisé qu'une rencontre avec le président américain Barack Obama "n'est pas encore confirmée".

La visite de trois jours, la première de M. Morsi aux Etats-Unis depuis son entrée en fonction le 30 juin, avait été annoncée auparavant par la télévision d'Etat, sans autres précisions.

Les Etats-Unis, qui avaient en Hosni Moubarak le président égyptien déchu, un solide allié, accordent une aide annuelle militaire d'environ 1,3 milliard de dollars à l'Egypte qu'ils considèrent comme un "pilier de la stabilité régionale".

Le secrétaire américain à la Défense Leon Panetta et la secrétaire d'Etat Hillary Clinton ont récemment effectué des visites au Caire afin de réaffirmer le soutien de leur pays à la transition démocratique en Egypte.

Le 13 août, le Etats-Unis avaient appelé les militaires et le gouvernement à travailler ensemble en Egypte, au lendemain du renvoi du puissant ministre de la Défense et chef de l'armée, le maréchal Hussein Tantaoui, par M. Morsi.

Le lendemain, le nouveau ministre égyptien de la Défense, le général Abdel Fattah al-Sissi, avait assuré M. Panetta de l'engagement de l'Egypte à perpétuer les liens étroits entre leurs deux armées.

En même temps, le département d'Etat américain s'est dit "très inquiet" des restrictions à la liberté de la presse en Egypte alors que deux journalistes doivent être jugés pour avoir critiqué M. Morsi.

Mardi, Washington a apporté son soutien à l'Egypte qui a déployé dans le Sinaï des renforts militaires pour lutter contre des islamistes, mais estimé que Le Caire devait se coordonner avec Israël et respecter le traité de paix israélo-égyptien de 1979.

"Nous soutenons les efforts des Egyptiens qui travaillent dur pour vaincre le terrorisme et juguler d'autres menaces sécuritaires dans le Sinaï", a déclaré la porte-parole de la diplomatie américaine, Victoria Nuland.

Avant sa visite aux Etats-Unis, M. Morsi va se rendre en Chine et en Iran et des préparatifs sont en cours pour une visite qu'il devrait effectuer en Malaisie, a précisé son porte-parole.

Le chef de l'Etat égyptien va participer fin août au sommet des Non-alignés à Téhéran et passer à cette occasion la présidence de ce mouvement à l'Iran.

Téhéran a rompu ses relations diplomatiques avec Le Caire en 1980, après la révolution islamique, pour protester contre les accords de Camp David. M. Moubarak considérait l'Iran comme un élément déstabilisateur au Moyen-Orient.

L'Iran a apporté le 17 août son soutien à une proposition de M. Morsi, faite au récent sommet islamique de La Mecque, encourageant la création d'un groupe de contact composé de l'Egypte, de l'Iran, de l'Arabie saoudite et de la Turquie pour tenter de régler la crise syrienne.

se/mh/sbh

PLUS:afp