NOUVELLES

Le président de l'Eurogroupe conditionne l'aide grecque au rapport de la troïka

22/08/2012 01:44 EDT | Actualisé 22/10/2012 05:12 EDT

ATHÈNES, Grèce - Le président de l'Eurogroupe, qui rassemble les ministres Finances de la zone euro, a souligné lors d'un déplacement à Athènes mercredi que la poursuite de l'aide à la Grèce dépendrait du rapport des inspecteurs internationaux à l'automne.

Jean-Claude Juncker, également premier ministre du Luxembourg, a fait ce commentaire à l'issue d'une rencontre avec son homologue grec, Antonis Samaras. Ce dernier souhaite obtenir un délai de deux ans supplémentaire, jusqu'en 2016, pour réduire le déficit de son pays et mettre en place les réformes structurelles promises en contrepartie des deux plans internationaux de sauvetage de plus de 240 milliards d'euros qui ont évité la faillite de la Grèce depuis mai 2010.

Les inspecteurs de la «troïka» — Union européenne, Banque centrale européenne (BCE) et Fonds monétaire international (FMI) — se rendront sur place en septembre pour vérifier la mise en oeuvre des mesures d'austérité exigées d'Athènes en contrepartie de l'aide internationale depuis 2010.

De leur avis dépendra le déblocage d'une tranche d'aide de 31,5 milliards d'euros sans laquelle la Grèce risque de faire faillite et de renoncer à l'euro. Sa sortie de la zone euro risquerait de déstabiliser les marchés et économies d'autres pays vulnérables du bloc monétaire, comme l'Espagne et l'Italie, et aurait des conséquences dans le monde entier.

PLUS:pc