Jean Charest affirmait qu’une commission d’enquête «était un tout-inclus pour les médias». RDI semble l’avoir pris au mot: en plus des audiences en direct de la commission Charbonneau, la chaîne d’information continue diffusera une «émission d’avant-match» d’une demi-heure à 9h le matin, puis un résumé d’une demi-heure à 22h.

La direction de l’Information de Radio-Canada rencontrait les médias mercredi matin pour parler de sa programmation d’automne.

Le nouveau directeur, Michel Cormier, admet qu’il s’habitue tranquillement à son rôle de patron, une fonction «qu’il n’attendait pas». «Notre défi, c’est de garder notre place de diffuseur public dans une ère d’opinion et d’instantanéité.»

Le mot d’ordre de la rencontre est un refrain connu: l’arrimage des plateformes. Un concept d’autant plus d’actualité avec les critiques de l’ombudsman Pierre Tourangeau sur les différences de traitement du reportage d’Enquête sur la filature avortée d'Eddy Brandone peu après une rencontre avec Jean Charest.

«On en prend bonne note, explique Michel Cormier. Mais je crois qu’on a été transparent, qu’on s’est exposé nous-mêmes à la critique en suscitant nous-mêmes la discussion sur nos pratiques journalistiques.»

Il écarte d’ailleurs les critiques concernant des reportages d’Enquête en pleine campagne électorale. «C’est justement le rôle du journalisme d’enquête. Cette élection est particulière, parce que les questions de financement des partis politiques ne sont pas seulement à l’arrière-plan, mais à l’avant-scène. Ça permet d'apporter des éléments d’informations qui permettent de juger sur les partis et sur leur passé.»

Nouveautés à la télé

En-dehors de la commission Charbonneau, les valeurs sûres comme le Club des ex et les Grands reportages reviennent à l’antenne.

À la télévision de Radio-Canada, deux séries spéciales seront diffusées au mois de septembre, chacune narrée par Raymond Saint-Pierre.

Les 13 et 20 septembre, Mange, cuisine, aime se penchera sur nos habitudes alimentaire et notre rapport à l’alimentation. Le site web de l’émission est déjà en ligne. Les 21 et 28 septembre, Colère en Amérique évoquera le climat politique acrimonieux entre la droite et la gauche aux États-Unis.

Cet hiver, une nouvelle mouture d’Amour, haine et propagande sera consacrée à la guerre contre le terrorisme qui a suivi les attentats du 11 septembre. Cette série-spectacle au rythme tonitruant sera de nouveau animée par Catherine Mercier.

Interaction à la radio

À la radio, la principale nouveauté est bien sûr l’émission de Michel C. Auger, Pas de midi sans info, en ondes depuis le début de la campagne électorale. Il n’y a plus de ligne ouverte, mais l’interaction par le biais des réseaux sociaux est bien présente, Michel Cormier dit apprécier «le ton convivial et pas langue de bois de son animateur».

L’autre nouveauté, c’est la fin des bulletins d’information régionale, remplacés par une présence directement dans les émissions du matin et du retour à la maison. Autre élément : les grands bulletins sont maintenant diffusés à partir des antennes régionales plutôt que de provenir de Montréal.

La radio soulignera aussi la 30e année de l’émission scientifique Les années lumière.

Enfin, sur le web, Radio-Canada lancera bientôt une application iPad distincte de celle qu’on retrouve déjà sur le iPhone.

Et que se passe-t-il avec ce projet-pilote d’information hyperlocale, les portails Rive-Nord et Rive-Sud lancés l’an dernier? La direction semble vouloir maintenir le projet, qui a nécessité des investissements importants, mais dont la visibilité demeure presque inexistante.

«C’est sûr qu’on ne les voit pas à la télé, admet Pierre Champoux, directeur de l’information d’Internet et Services numériques. On les entend un peu à la radio. Mais ils sont très présents sur le terrain. Et on lancera bientôt un Forum 450 dans le cadre de la campagne électorale.»