NOUVELLES

La LHMQ a été piquée au vif par les propos des dirigeants de l'AJLCH

22/08/2012 03:50 EDT | Actualisé 22/10/2012 05:12 EDT

MONTRÉAL - La Ligue de hockey junior majeur du Québec a été piquée au vif par les propos qu'ont tenus les nouveaux dirigeants de l'Association des joueurs de la Ligue canadienne de hockey (AJLCH).

À tel point que le commissaire Gilles Courteau a tenu à clarifier les «faussetés et les demi-vérités qui ont été colportées» au sujet du traitement des joueurs dans la ligue québécoise.

Georges Laraque, nouveau président de l'AJLCH, et Gilles Lupien, responsable du syndicat pour la LHJMQ, n'ont pas été tendres au sujet de l'encadrement des joueurs dans le circuit Courteau, parlant notamment de longs voyages en autobus au terme desquels les joueurs ne se voient offrir qu'un muffin en guise de déjeuner, du temps limite pour utiliser les bourses d'études à la fin du stage junior, et des joueurs étrangers qui seraient mieux traités que les joueurs québécois.

«La grande famille de la LHJMQ est outrée par ces déclarations gratuites et sans fondement, a déclaré Courteau. C'est complètement faux que nos joueurs passent 20 heures dans un autobus et ne se font offrir qu'un muffin. Il y a effectivement des longs voyages, mais avec l'encadrement qu'on fournit à nos joueurs, je ne crois pas que ce genre de situation soit survenue.»

Le commissaire a tenu à rappeler l'engagement constant de la LHJMQ au niveau du succès académique de ses joueurs, des professionnels mis à leur disposition, notamment par le Programme d'aide aux joueurs.

Ce programme, qui fournit un soutien personnalisé de manière ponctuelle ou de façon soutenue et ce, en toute confidentialité pour des problèmes de toutes natures, qu'ils soient liés à la pratique du hockey ou de nature personnelle, est venu en aides auprès d'une soixantaine de joueurs au cours de la dernière saison.

S'il a admis que les récipiendaires d'une bourse d'études ont 18 mois pour s'en prévaloir à la fin de leur stage junior, il a précisé qu'il s'agit d'une amélioration par rapport à ce qui se faisait avant.

«Les joueurs disposaient de trois mois pour s'en prévaloir auparavant. Nous sommes toujours ouverts à regarder les nouvelles modalités qui pourraient être mises de l'avant pour améliorer l'encadrement offert à nos joueurs», a-t-il indiqué, prenant soin d'ajouter que les joueurs désirant faire des études professionnelles ont tout autant accès à ce système de bourses que ceux poursuivant des études collégiales ou universitaires. La LHJMQ a distribué plus de huit millions $ depuis l'instauration de son programme de bourses d'études.

Quant aux compensations préférentielles qui pourraient être versées aux joueurs européens évoluant dans le circuit, Courteau indique qu'il faut faire la différence entre coûts de libérations et avantages.

«Il faut faire deux distinctions. Dans un premier temps, certains montants auxquels on a fait allusion sont les montants versés auprès des fédérations afin d'obtenir la libération des joueurs en question. En ce qui a trait au traitement que les joueurs européens reçoivent, à ce jour, personne n'a signifié quelque problème que ce soit à la ligue. (...) Je peux vous garantir que tous les joueurs de la LHJMQ qui disputeront la saison 2012-13 recevront un traitement égal.»

Il admet cependant qu'aucun processus de surveillance n'est actuellement en place et qu'il s'agit-là d'un dossier qui préoccupe les dirigeants de la Ligue canadienne de hockey, pas seulement ceux de la LHJMQ.

Finalement, Courteau ne nie pas que l'allocation versée aux joueurs de la LHJMQ n'a pas augmenté depuis quelques dizaines d'années. Il explique que les sommes ont plutôt été investies pour le bien-être des joueurs, rappelant au passage que le coût d'un joueur de la LHJMQ pour chacune des franchises est d'environ 30 000 $ par saison. Ce montant inclut les coûts d'équipement, de voyagement et de tous les programmes et professionnels mis à leur disposition, en plus des salaires du personnel des équipes.

Le commissaire de la LHJMQ n'a pas voulu commenter la création de ce nouveau syndicat des joueurs, ajoutant qu'il n'avait pas été conctacté par l'AJLCH.

«Ce que nous voulions faire aujourd'hui, c'est clarifier les faussetés qui ont été colportées à notre égard», a-t-il martelé plusieurs fois au cours de sa rencontre avec les médias.

PLUS:pc