Factures universitaires majorées: la FEUQ suggère d'attendre avant de régler

Publication: Mis à jour:
MARTINE DESJARDINS
Martine Desjardins, président de la FEUQ. (Radio-Canada.ca) | Radio-Canada.ca

MONTRÉAL - Les étudiants universitaires qui ont reçu une facture majorée pour leur session d'automne auraient avantage à patienter avant de la régler, puisque la décision des universités est possiblement "illégale", a affirmé mercredi la présidente de la Fédération étudiante universitaire du Québec (FEUQ), Martine Desjardins.

Les étudiants de certains établissements universitaires ont reçu dans leur boîte aux lettres une facture dont le montant a été ajusté en tenant compte de la hausse des frais de scolarité annuelle de 254 $ imposée par le gouvernement Charest.

Martine Desjardins suggère que ces universités contreviennent à la loi 12 en faisant parvenir à leurs étudiants une facture avant le début de la session d'automne, qui est prévu pour le 1er octobre, et en leur demandant un paiement en septembre.

Elle se demande d'où vient cet «empressement» des universités, et du même souffle, elle suggère que le gouvernement libéral a agi de façon «machiavélique» en laissant croire aux universités qu'elles toucheraient cet argent avant de déclencher une campagne électorale.

La FEUQ tente actuellement de déterminer si des recours s'offrent aux étudiants concernés. En attendant, elle conseille à ces derniers de «ne pas être trop pressés» de s'acquitter du montant de la facture qui leur a été envoyée.

La fédération ne va cependant pas jusqu'à suggérer à ses membres de ne pas payer leur facture avant le résultat du scrutin du 4 septembre, comme l'a fait la députée péquiste sortante Marie Malavoy lors d'une entrevue avec le quotidien Le Soleil.

Le Parti québécois a peut-être poussé le bouchon sur cette question, a laissé entendre Mme Desjardins.

À lire aussi sur le HuffPost Québec

Manifestation étudiante du 22 août 2012
sur
Partager
Tweeter
PUBLICITÉ
Partager
fermer
Image affichée

Suggérer une correction