NOUVELLES

Face à Michael Jordan, Obama compare la campagne à un match de basket

22/08/2012 08:55 EDT | Actualisé 22/10/2012 05:12 EDT

Barack Obama a comparé mercredi la campagne présidentielle à un match de basket, avec une équipe adverse qui fait "un peu dans le brutal" mais où la victoire est à portée de main, lors d'une soirée de levée de fonds avec le joueur légendaire de NBA Michael Jordan.

"Je ne peux pas résister à une métaphore sur le basket", a affirmé le président des Etats-Unis face à 120 personnes, dont de grands noms du basket professionnel américain, qui avaient chacune déboursé 20.000 dollars pour participer à un dîner avec lui et Jordan au Lincoln Center de New York.

"Nous sommes dans le quatrième quart-temps. Nous dominons de quelques points mais les autres reviennent fort, et ils font un peu dans le brutal. Certains de nos équipiers ont été avertis. Certains sont blessés et ne pourront plus jouer qu'un match", a plaisanté M. Obama, candidat à sa réélection le 6 novembre face au républicain Mitt Romney.

"A mon avis, il nous reste sept minutes à jouer. Et la soif de vaincre de Michael est légendaire. Personne ne sait mieux que Michael que si vous avez une petite avance et qu'il ne reste plus que sept minutes à jouer, c'est là qu'il faut se débarrasser" de l'équipe adverse, a ajouté le président.

M. Obama, selon les derniers sondages, conserve une légère avance sur M. Romney, mais à 76 jours de l'élection, il reste à la merci d'une économie encore chancelante.

Il est "rare que je participe à un événement dans lequel je ne suis que la cinquième ou sixième personne la plus intéressante", a aussi souligné M. Obama, grand amateur de basket, face à des superstars actuelles et passées de la NBA comme la star des Knicks de New York Carmelo Anthony, l'ex-pivot de la même équipe Patrick Ewing, ou encore l'ancien joueur du Heat de Miami Alonzo Mourning.

Cette soirée de levée de fonds devait faire rentrer au moins trois millions de dollars supplémentaires dans le trésor de campagne de M. Obama, qui a peiné à soutenir la comparaison ces trois derniers mois avec les sommes récupérées par M. Romney.

Elle constituait aussi une rare incursion en politique de Michael Jordan, ancienne superstar des Bulls de Chicago et considéré comme le meilleur basketteur de l'histoire.

pool-tq/are

PLUS:afp