WASHINGTON - Un nouveau rapport publié mercredi affirme que la classe moyenne des États-Unis vit «sa pire décennie de l'histoire moderne» et que sa part du revenu national a baissé pour la première fois depuis la Seconde Guerre mondiale.

Selon l'étude menée par le Pew Research Center, 85 pour cent des Américains de la classe moyenne trouvent qu'il est aujourd'hui plus difficile qu'il y a dix ans de maintenir leur niveau de vie. Le rapport affirme qu'ils ont perdu confiance en l'avenir.

La part du revenu de la classe moyenne a été surpassée par celle des plus riches, alors que les revenus médians stagnent et que la richesse se concentre au sommet.

Environ la moitié des adultes américains considèrent qu'ils font partie de la «classe moyenne», avec des revenus allant de 39 000 $ US à 118 000 $ US.

Trois ans après la fin officielle de la récession, les Américains de la classe moyenne éprouvent encore des difficultés économiques. La plupart d'entre eux ont déclaré avoir été forcés de réduire leurs dépenses au cours de l'année écoulée.

Ils sont de moins en moins nombreux à penser que le fait de travailler fort leur permettra d'avancer dans la vie. Les familles ont de plus en plus tendance à penser que l'avenir économique de leurs enfants sera le même que le leur, voire pire.

«Le marché de l'emploi change, notre niveau de vie baisse, et les parents aux revenus moyens ont maintenant peur que l'avenir de leurs enfants soit pire que le leur», a expliqué Timothy Smeeding, professeur d'économie spécialisé dans les inégalités de revenus à l'université du Wisconsin à Madison.

Il explique que plusieurs familles de la classe moyenne se sont appauvries au cours de la dernière décennie avec la hausse du coût des soins de santé, la disparition des emplois à salaire moyen à cause de l'automatisation et de la sous-traitance, ainsi que la hausse des droits de scolarité.

Pendant ce temps, les familles plus aisées s'en sortent mieux en ce qui concerne leur valeur nette, parce qu'elles sont moins dépendantes que les autres de la valeur des propriétés immobilières, qui reste restreinte après l'effondrement du secteur. Les Américains les plus riches sont plus susceptibles d'investir en Bourse, qui a été plus rapide à se relever de la crise.

«C'est une classe moyenne insatisfaite qui travaille fort et qui respecte les règles de la société, mais qui voit de plus en plus sa situation décliner à cause de forces sur lesquelles elle n'a pas de contrôle», a expliqué M. Smeeding. «Peu importe qui est le président, la remontée de la classe moyenne sera lente et souvent douloureuse.»

Le Bureau américain du recensement définit la «classe moyenne» comme une famille de trois personnes qui gagne un revenu allant de 39 418 $ US à 118 255 $ US. Selon cette définition, environ 51 pour cent des adultes américains font partie de la classe moyenne, comparativement à 61 pour cent en 1971.

En 1970, la classe moyenne représentait 62 pour cent du revenu national, contre 29 pour cent pour les plus riches. Mais en 2010, la classe moyenne représentait 45 pour cent du revenu national, comparativement à 46 pour cent pour les plus riches.