NOUVELLES

Syrie: Barack Obama considère les armes chimiques comme une «ligne rouge»

21/08/2012 11:02 EDT | Actualisé 21/10/2012 05:12 EDT

WASHINGTON - Le président américain Barack Obama a qualifié de «ligne rouge» la menace d'une guerre chimique ou bactériologique en Syrie, précisant pour la première fois ce qui pourrait amener les États-Unis à intervenir militairement dans le conflit.

Le président a déclaré lundi soir à la Maison-Blanche que l'utilisation ou le déploiement de telles armes de destruction massive risquerait d'aggraver la guerre civile en Syrie, qui a déjà fait plus de 20 000 morts depuis mars 2011, selon l'opposition syrienne.

La Syrie a reconnu pour la première fois le mois dernier posséder des réserves d'armes chimiques et bactériologiques et a menacé d'en utiliser en cas d'agression étrangère.

«C'est une question qui ne concerne pas seulement la Syrie. Cela concerne nos proches alliés dans la région, y compris Israël. Cela nous concerne», a déclaré Barack Obama. «Nous ne pouvons pas avoir une situation dans laquelle des armes chimiques ou bactériologiques tomberaient entre les mains des mauvaises personnes», a-t-il poursuivi, en insistant sur le fait que les États-Unis n'accepteraient pas que les acteurs du conflit syrien brandissent la menace des armes de destruction massive.

«Nous avons fait savoir sans équivoque à chacun des acteurs de la région que c'était une ligne rouge pour nous et que cela aurait d'énormes conséquences si nous commencions à voir du mouvement sur le front des armes chimiques, ou si des armes chimiques étaient utilisées. Cela changerait mes calculs de façon significative», a prévenu M. Obama. Il a ajouté que Washington surveillait la situation «avec le plus grand soin» et avait élaboré des plans d'urgence.

PLUS:pc