Une publicité du Parti conservateur du Québec sur les assistés sociaux fait réagir les internautes sur Facebook et Twitter mardi. L'image représente un homme au chandail déchiré qui salue un travailleur en soulevant une bouteille de bière (voir au bas du texte). «L'aide sociale devrait être une aide temporaire, et non un plan de carrière», dit l'affiche.

Loin de se rétracter, le chef de la formation, Luc Harvey, dit en entrevue téléphonique vouloir envoyer les prestataires de l'assistance sociale au boulot. «Plus de 135 000 personnes aptes au travail sont sur l'aide sociale depuis plus de dix ans, dit le chef du Parti conservateur du Québec (PCQ). C'est inacceptable. On est obligé de faire venir des travailleurs mexicains pour travailler dans les champs. Il ne faut plus que [l'assistance sociale] soit un plan de carrière.»

Afin de «sortir les assistés sociaux de leur salon», le PCQ propose une formule similaire au «workfare» mis de l'avant par la présidence de Bill Clinton aux États-Unis. Le parti propose d'intégrer les prestataires sur le marché du travail à travers des emplois dans les organismes communautaires, notamment. Pour ceux qui ne veulent pas travailler, «il y aura toujours les timbres alimentaires, personne ne mourra de faim», dit le chef du PCQ.

Les prestataires pourraient recevoir l'aide de l'État pour un maximum de cinq ans au cours d'une vie, et un maximum de deux années consécutives. «La lutte à la pauvreté se gagne par le travail», fait valoir Luc Harvey.

Le chef du PCQ ne craint pas que sa position soit impopulaire. «Je m'en fous, lance-t-il. Je ne suis pas là pour plaire aux assistés sociaux.»

Questionné sur l'effet que pourrait avoir une telle politique pour une mère monoparentale, par exemple, Luc Harvey répond: «J'ai six enfants à la maison et ma femme a toujours travaillé.» Il ajoute que les enfants peuvent aller à la garderie ou à l'école. «Il y a beaucoup de gens qui travaillent et qui ont des enfants.»

Autres propositions du PCQ

Le PCQ propose également une réforme des prestations pour les gens inaptes au travail. Le parti propose de sortir les prestataires du système de l'assistance sociale afin de leur verser des pensions. «Présentement, les personnes inaptes au travail, comme les trisomiques, qui vivent avec un aidant naturel voient leurs prestations réduites», dit Luc Harvey. Le système de pension permettrait de verser un montant fixe, sans réduction pour les personnes vivant avec un aidant naturel.

Parmi les autres propositions du PCQ, on retrouve l'abolition du la SAQ, la création d'un registre public pour les prédateurs sexuels, l'abolition des Cégeps et la création d'un rapport d'impôts unique.

Le PCQ se propose aussi d'éliminer les pensions alimentaires après une période de cinq ans après le divorce. Pour les conjointes qui auraient n'auraient jamais occupé un emploi avant la séparation, Luc Harvey explique qu'elles obtiendront la moitié du patrimoine du couple, dont les revenus de la maison des conjoints. «Après, il faut se prendre en main», dit-il.

Le PCQ a été fondé en janvier 2012. Il propose 27 pour l'actuelle campagne. «La période des vacances nous a compliqué la tâche pour trouver des candidats», dit le chef de PCQ.

Luc Harvey a été élu sous la bannière du Parti conservateur du Canada en 2006 dans la circonscription de Louis-Hébert, dans la Ville de Québec. Il a perdu son siège lors du scrutin suivant en 2008.

Le Parti conservateur du Québec a longtemps été une force politique importante dans la province, avant de fusionner avec l'Action libérale nationale en 1936 afin de devenir l'Union nationale. Pour le moment, aucun rapprochement n'est prévu avec son homologue du fédéral.

parti conservateur du quebec


Loading Slideshow...
  • Jean Charest - Parti libéral du Québec

    Né à Sherbrooke le 24 juin 1958 Marié, père de trois enfants Formation en droit. Admis au Barreau du Québec en 1981. Avant d'entrer en politique: pratique le droit à Sherbrooke Entrée en politique: en 1984, candidat pour le Parti progressiste-conservateur du Canada dans Sherbrooke. Élu député fédéral lors des élections générales à l'âge de 26 ans. <strong>Carrière politique: </strong> Au fédéral, il est nommé ministre d'État à la Jeunesse en 1986 à l'âge de 28 ans. Devient le plus jeune membre d'un cabinet fédéral. Il est ensuite ministre d'État à la Condition physique et au Sport amateur, leader adjoint du gouvernement, président du Comité parlementaire spécial pour le projet de résolution d'accompagnement à l'Accord du lac Meech, ministre de l'Environnement, ministre de l'Industrie et des Sciences, vice-premier ministre, candidat au leadership du Parti progressiste-conservateur du Canada en 1993, chef du Parti progressiste-conservateur, vice-président du Comité national des Québécois pour le Non pendant la campagne référendaire au Québec en 1995. Au plan provincial: il devient chef du Parti libéral du Québec en avril 1998 et chef de l'opposition officielle en décembre de la même année, il est assermenté comme premier ministre du Québec le 29 avril 2003, de nouveau le 18 avril 2007 et le 18 décembre 2008.

  • Pauline Marois - Parti québécois

    Née à Québec le 29 mars 1949 Mariée et mère de quatre enfants <strong>Formation</strong>: baccalauréat en service social, Université Laval et maîtrise en administration des affaires (MBA) aux HEC, Université de Montréal Avant d'entrer en politique: consultante budgétaire, responsable du service animation, coordonnatrice du cours en assistance sociale, directrice générale d'un CLSC, attachée de presse, consultante, directrice de cabinet, professeur à l'Université du Québec à Hull <strong>Carrière politique</strong>: députée de La Peltrie de 1981 à 1985, puis députée de Taillon de 1989 à 2006, puis députée de Charlevoix depuis 2007. Elle a été ministre d'État à la Condition féminine, de la Main-d'oeuvre et de la Sécurité du revenu, présidente du Conseil du trésor, ministre des Finances et ministre du Revenu, ministre responsable de la Famille, ministre de l'Éducation, ministre de la Famille et de l'Enfance, ministre d'État à la Santé et aux Services sociaux, ministre de la Recherche, de la Science et de la Technologie, ministre d'État à l'Économie et aux Finances, ministre de l'Industrie et du Commerce, vice-première ministre.

  • François Legault - Coalition avenir Québec

    Né à Sainte-Anne-de-Bellevue le 26 mai 1957 Marié, père de deux enfants <strong>Formation</strong>: baccalauréat en administration des affaires (comptabilité publique), MBA en finances des HECAvant la politique: directeur du marketing chez Québécair, cofondateur d'Air Transat en 1986, en devient le pdg jusqu'en 1997. Administrateur de sociétés comme Provigo, Culinar, Sico. Fellow de l'Ordre des comptables agréés du Québec. <strong>En politique</strong>: élu député péquiste de Rousseau en novembre 1998. Réélu en 2003, 2007 et 2008. Ministre de l'Industrie, du Commerce, de la Science et de la Technologie, ministre d'État à l'Éducation et aux Jeunes, ministre de l'Éducation, ministre d'État à l'Éducation et l'Emploi, ministre d'État à la Santé et aux Services sociaux. En 2011, il fonde un nouveau parti, la Coalition avenir Québec.

  • Françoise David - Québec solidaire

    Née à Montréal en 1948 <strong>Formation</strong>: baccalauréat en service social (organisation communautaire) de l'Université de MontréalAvant la politique: travaille en service social dans le quartier centre-sud de Montréal, coordonnatrice du Regroupement des centres de femmes, présidente de la Fédération des femmes du Québec. Elle organise notamment la Marche des femmes contre la pauvreté «Du pain et des roses» et la Marche mondiale des femmes contre la pauvreté et la violence en 2000. <strong>En politique</strong>: porte-parole du mouvement Option citoyenne, puis porte-parole de Québec solidaire lors de sa création en 2006. Candidate pour Québec solidaire en 2007 et 2008 dans Gouin où elle termine deuxième.

  • Amir Khadir - Québec solidaire

    Né le 12 juin 1961 à Téhéran, en Iran. Immigre au Québec à l'âge de 10 ans. Marié et père de trois filles. <strong>Formation</strong>: baccalauréat en physique Université de Montréal, maîtrise en physique Université McGill, doctorat en médecine Université Laval, spécialité en microbiologie-infectiologie Université de MontréalCarrière avant la politique: médecin microbiologiste-infectiologue au Centre hospitalier Pierre-Le-Gardeur à Lachenaie. A fait partie de la Coalition des médecins pour la justice sociale, a fait des missions pour Médecins du monde en Irak, en Afghanistan et en Palestine. A présidé le conseil d'administration du SUCO. <strong>Carrière politique</strong>: candidat du Bloc québécois dans Outremont en 2000, candidat de l'Union des forces progressistes dans Mercier en 2003, premier député élu de Québec solidaire dans Mercier en 2008

  • Jean-Martin Aussant - Option nationale

    Né à Sorel-Tracy le 1er juin 1970 <strong>Formation</strong>: baccalauréat en administration des affaires et études en actuariat, Université Laval; maîtrise en sciences économiques, Université de Montréal; études au doctorat en analyse économique, Université Autonoma de Barcelone, Espagne. Avant d'entrer en politique: agent de recherche au CIRANO, vice-président Morgan Stanley Capital International, gestionnaire de portefeuille principal, Investissements PSP. <strong>Carrière politique</strong>: élu député de Nicolet-Yamaska aux élections générales du 8 décembre 2008 sous la bannière du Parti québécois. Porte-parole de l'opposition officielle pour les dossiers de développement économique, institutions financières, commerce international. Il quitte le Parti québécois en juin 2011, siège comme indépendant, puis annonce la création d'Option nationale.

  • Répartition des 125 sièges à la dissolution de l'Assemblée nationale

    Parti libéral du Québec (forme le gouvernement): 64 députés Parti québécois (forme l'opposition officielle): 47 députés Coalition avenir Québec: 9 députés Option nationale: 1 député Québec solidaire: 1 député Indépendants: 2 députés Circonscriptions vacantes: 1 (Bourassa-Sauvé) <strong>Résultats du scrutin du 8 décembre 2008</strong> Parti libéral du Québec: 1 366 046 votes (42,08 %) Parti québécois: 1 141 751 votes (35,17 %) Action démocratique/Équipe Mario Dumont: 531 358 votes (16,37 %) Québec solidaire: 122 618 votes (3,78 %) Taux de participation: 57,43 % ou 3 295 914 votes Bulletins valides: 3 246 333 ou 98,5 %