NOUVELLES

Les mouvements rebelles et d'opposition en Ethiopie

21/08/2012 07:03 EDT | Actualisé 21/10/2012 05:12 EDT

L'Ethiopie, située au coeur de la volatile Corne de l'Afrique, fait aussi face à de nombreuses menaces, intérieures et extérieures, au moment où le pouvoir central est frappé par la mort du Premier ministre Meles Zenawi, homme fort du pays depuis 1991.

Tour d'horizon des principaux mouvements rebelles, d'opposition et autres menaces au pouvoir d'Addis Abeba:

L'ERYTHREE

L'Ethiopie ne cesse d'accuser son voisin l'Erythrée, ennemi héréditaire, de financer des groupes armés et de soutenir, sur le sol éthiopien, des attaques de type guérilla ou des tentatives d'attentats à la bombe. Asmara ne cesse de nier.

L'Erythrée a gagné son indépendance de l'Ethiopie en 1993, après 30 ans de lutte contre Addis Abeba. Une guerre frontalière, qui a fait des dizaines de milliers de morts, a opposé les deux pays entre 1998 et 2000. Le différend frontalier n'a jamais vraiment été résolu.

EN SOMALIE

L'Ethiopie a lancé son armée en Somalie à deux reprises ces dernières années. La première fois en 2006 pour faire tomber le régime des Tribunaux islamiques dans la capitale Mogadiscio. La deuxième fois depuis fin 2011 pour combattre les insurgés islamistes shebab, un groupe récemment intégré à Al-Qaïda. Les shebab sont accusés de liens avec des cellules extrémistes en Ethiopie.

LA REBELLION D'OGADEN

Les mouvements de guérilla dans la région reculée de l'Ogaden, située dans le sud-est du pays et à majorité somali, combattent le gouvernement central depuis des décennies. Ils demandent plus d'autonomie, voire la séparation. La région est riche en réserves de gaz et pétrole mais, selon eux, est délaissée par Addis Abeba. Parmi ces mouvements de rébellion, le Front national de libération de l'Ogaden (ONLF), qualifié de "terroriste" par Addis Abeba, lutte depuis 1984.

LES GROUPES OROMO

Les Oromo constituent le plus vaste groupe ethnique de l'Ethiopie -- un tiers des 84 millions d'habitants. Le Front de libération Oromo (OLF) a pris les armes dans les années 70 contre le régime marxiste du dictateur Mengistu Hailé Mariam. De petites factions continuent de demander la création d'un Etat indépendant. La police éthiopienne accuse régulièrement le groupe d'actes "terroristes".

L'INSURECTION EN PAYS AFAR

Des rebelles du Front uni révolutionnaire démocratique afar (Arduf) mènent une guérilla larvée dans l'Afar, une région reculée de l'est éthiopien, désertique et frontalière de l'Erythrée. Ils entendent mettre fin aux "privations" politiques et économiques dont ils se disent victimes. Le groupe a dans le passé enlevé des touristes.

LES FORCES A GAMBELLA

Des bandits et des guérilleros dans la région occidentale de Gambella, frontalière du Soudan du Sud, ont mené des attaques contre les forces armées éthiopiennes. Des organisations de défense des droits de l'homme ont fait état de violences généralisées perpétrées par l'armée contre la population Anuak, qui, en retour, a formé des milices locales.

GINBOT 7

Basé aux Etats-Unis, ce groupe est lui aussi considéré comme "terroriste" par Addis Abeba. Ses membres disent lutter pour la démocratie et la liberté en Ethiopie. Plusieurs personnes condamnées en 2012 en Ethiopie en vertu de la loi anti-terroriste ont été accusées de lien avec le groupe, emmené par l'ancien maire d'Addis Abeba, la capitale éthiopienne, Berhanu Nega.

bur/pjm/aud/ayv/jlb

PLUS:afp