NOUVELLES

Le Soudan du Sud espère reprendre sa production de pétrole en décembre

21/08/2012 10:27 EDT | Actualisé 21/10/2012 05:12 EDT

Le Soudan du Sud, qui a un besoin vital de devises, espère reprendre en décembre sa production pétrolière, un an l'après l'avoir arrêtée et s'être privé de 98% de ses recettes, sur fond de différend avec Khartoum, a annoncé le vice-ministre sud-soudanais des Finances, Marial Awou Yol.

Juba et Khartoum ont conclu début août un accord devant mettre fin à leur différend au sujet du pétrole, notamment concernant les redevances de passage du brut sud-soudanais par les oléoducs du nord.

"Le ministère du Pétrole et des Mines espère une reprise de la production de (la variété) Dar Blend en décembre, avec réception des premiers paiements possiblement en janvier", a déclaré à la presse M. Yol à Juba.

Toutefois la reprise de la pleine production - comprenant d'autres variétés utilisant des oléoducs différents - n'est pas attendue "avant juin 2013", a-t-il ajouté.

Le Soudan du Sud, qui a hérité, en devenant indépendant en juillet 2011, de 75% des ressources pétrolières du Soudan d'avant la sécession, mais reste dépendant des oléoducs du Nord pour l'exporter, avait cessé sa production en janvier, furieux que Khartoum ait prélevé de son pétrole pour se payer, faute d'accord sur les redevances de transit.

Le différend pétrolier, combiné à plusieurs autres questions non résolues par l'accord de paix signé en 2005 entre Khartoum et Juba et ayant débouché sur la sécession (tracé de la frontière, statut de zones contestées, notamment), avait dégénéré en affrontements frontaliers entre les deux armées au printemps.

L'arrêt de la production sud-soudanaise a privé les deux voisins d'importantes recettes et menacé de faire s'effondrer leurs économies respectives.

"Nos réserves (en devises) se sont sérieusement réduites, il y a des signes de tension dans notre économie et cela prendra de nombreux mois avant que les recettes recommencent à rentrer si le Soudan et le Soudan du Sud se mettent d'accord sur de nombreuses autres questions", a prévenu M. Yol.

Khartoum a annoncé que l'accord sur le pétrole ne serait entériné que si un accord sur la frontière et la sécurité était signé lors du prochain cycle de négociations sous l'égide de l'Union africaine, prévu pour commencer au cours du week-end.

"Cela va prendre des mois pour réparer les dégâts causés aux équipements de production, pour que les compagnies pétrolières réembauchent et ventilent leur personnel, pour que les oléoducs soient vidés de leur eau et remplis de pétrole et pour que les premiers pétroliers soient chargés, puis les paiements effectués", a souligné le ministre sud-soudanais.

M. Yol a indiqué que le gouvernement allait emprunter pour payer les fonctionnaires et les militaires.

hmc/dw/pjm/ayv/de

PLUS:afp