NOUVELLES

Le premier ministre éthiopien Meles Zenawi est mort en Belgique

21/08/2012 01:46 EDT | Actualisé 20/10/2012 05:12 EDT

ADDIS ABEBA, Éthiopie - Le premier ministre éthiopien Meles Zenawi, qui dirigeait son pays d'une main de fer, est mort en Belgique tôt mardi matin, ont annoncé les autorités. Il était âgé de 57 ans.

M. Zenawi est mort dans la nuit de lundi à mardi après avoir contracté une infection, selon la télévision publique éthiopienne. Il n'avait plus été vu en public depuis plusieurs semaines.

Hailemariam Desalegn, qui avait été nommé vice-premier ministre et ministre des Affaires étrangères en 2010, est devenu premier ministre par intérim. Il devrait être officiellement investi au poste après une réunion extraordinaire du Parlement, a indiqué le ministre des Communications, Bereket Simon. Le Parlement est dominé par le parti de M. Meles et la coalition au pouvoir, ce qui devrait assurer la confirmation de M. Hailemariam au poste de premier ministre.

Un porte-parole de l'Union européenne a précisé que M. Meles était mort à Bruxelles. Les responsables éthiopiens s'attendaient à ce qu'il revienne au pays après sa convalescence, mais il a été victime d'une complication subite de son état de santé, selon M. Bereket.

Le premier ministre éthiopien n'avait pas été vu en public depuis environ deux mois. À la mi-juillet, son absence lors d'un sommet des dirigeants de l'Union africaine à Addis Abeba avait entraîné des rumeurs sur son état de santé. Les autorités éthiopiennes avaient affirmé que le premier ministre était «en très bonne santé» et reprendrait bientôt ses fonctions.

La télévision publique éthiopienne a diffusé mardi des photos du défunt, avec une musique classique en toile de fond. Le conseil des ministres a déclaré une journée de deuil national, a indiqué le ministre des Communications.

En Belgique, une équipe d'Associated Press Television News a vu un véhicule contenant un cercueil sortir de l'hôpital Saint-Luc de Bruxelles. Après s'être arrêté à l'ambassade d'Éthiopie, le véhicule s'est dirigé vers un aéroport privé où attendait un avion éthiopien. Le corps de M. Meles devait arriver en Éthiopie mardi soir.

Né en 1955, Meles Zenawi était devenu président en 1991, après avoir participé au coup d'État contre la junte militaire de Mengistu Hailé Mariam. Il avait pris la tête du gouvernement en 1995.

Considéré comme un allié des États-Unis dans la guerre contre le terrorisme, il dirigeait l'Éthiopie d'une main de fer et était dans le collimateur des organisations de défense des droits de la personne, qui lui reprochaient notamment d'avoir utilisé la torture et la détention arbitraire contre ses opposants.

«Je pense que sur le plan des droits de la personne, son héritage sera beaucoup plus discutable» que sur le plan économique, a estimé Leslie Lefkow, directrice adjointe de Human Rights Watch pour l'Afrique.

Le président américain Barack Obama a estimé que M. Meles méritait d'être reconnu pour sa contribution au développement de son pays et pour «son engagement inflexible envers les pauvres d'Éthiopie». Mais M. Obama a aussi encouragé l'Éthiopie à renforcer son engagement envers la démocratie et les droits de la personne.

Lors de son élection en 2005, alors que l'opposition semblait marquer des points, Meles Zenawi avait renforcé la sécurité dans le pays, déclarant l'état d'urgence le soir du scrutin et interdisant les rassemblements publics. Son parti, le Front démocratique révolutionnaire du peuple éthiopien, avait revendiqué la victoire. Ses opposants l'avaient accusé d'avoir truqué l'élection et des manifestations avaient éclaté. Plusieurs centaines de personnes avaient été tuées, et des milliers d'autres emprisonnées.

En 2010, il avait remporté un nouveau mandat de cinq ans avec 99 pour cent des voix lors d'une élection qui ne respectait pas les standards internationaux, selon les observateurs.

Sous Meles Zenawi, l'Éthiopie a enregistré des avancées dans le secteur de l'éducation, avec la construction de nouvelles écoles et d'universités. Les femmes ont acquis de nouveaux droits. Au milieu des années 2000, le pays a connu une croissance économique forte. Mais malgré ces progrès, l'Éthiopie dépend toujours fortement de l'agriculture, qui représente 85 pour cent des emplois dans le pays. Le revenu annuel par habitant est d'environ 1000 $ US, soit environ 3 $ US par jour.

Ses mandats ont également été marqués par le conflit avec l'Érythrée voisine de 1998 et 2000, ainsi que par des interventions militaires en Somalie, en 2009 et au début de 2012.

PLUS:pc