NOUVELLES

Brevets: le procès opposant Samsung et Apple entre dans sa dernière phase

21/08/2012 03:19 EDT | Actualisé 21/10/2012 05:12 EDT

Le procès géant sur les brevets opposant Apple et Samsung en Californie entrait dans sa dernière phase mardi, les jurés s'apprêtant à délibérer sur ce dossier aux répercussions potentiellement énormes pour le marché des tablettes et des smartphones.

Le jury doit formellement entrer en délibérations mercredi pour démêler les accusations croisées que se lancent les deux groupes dans ce qui est le plus grand procès pour violation de brevets intenté depuis des décennies aux Etats-Unis. Mardi, les avocats des deux parties ont commencé à résumer une dernière fois leurs arguments.

En "trois mois intense de copie", Samsung a volé quatre années de dur travail d'Apple sur l'iPhone, a commencé l'un des avocats de la marque à la pomme, Harold McElhinny, estimant que la direction de Samsung "à son plus haut niveau" était "déterminée à tirer profit du succès de l'iPhone".

Le groupe sud-coréen est celui qui a le plus à perdre: Apple, qui l'accuse d'avoir copié des parties importantes de ses populaires téléphones iPhone et tablettes informatiques iPad, lui réclame jusqu'à 2,75 milliards de dollars et veut lui interdire de commercialiser certains de ses produits aux Etats-Unis.

Mais Samsung, dont les avocats devaient encore s'exprimer en fin d'après-midi, accuse également l'américain d'avoir violé certains de ses propres brevets, et réclame pour sa part jusqu'à 422 millions de dollars.

En dix jours d'audience étalés sur les trois dernières semaines, les groupes ont étayé leurs accusations avec des centaines de pages de documents et les témoignages de multiples experts.

A un moment, la juge Lucy Koh a même demandé à un avocat d'Apple s'il avait "fumé du crack", alors qu'il proposait d'entendre plus de 20 témoins en une seule séance.

La juge avait encore demandé la semaine dernière aux dirigeants des deux groupes de tenter de négocier et de "faire la paix", estimant que l'affaire présentait "des risques pour les deux parties". Un avocat de Samsung a confirmé lundi que le patron d'Apple, Tim Cook, et celui de Samsung, Kwon Oh-Hyun, avaient parlé au téléphone, mais sans régler leur querelle.

Selon des données du cabinet IDC pour le deuxième trimestre, Samsung est en tête sur le marché des smartphones: il en a vendu 50,2 millions au deuxième trimestre au niveau mondial, quand Apple écoulait 26 millions d'iPhone. Les positions sont inversées dans les tablettes: le sud-coréen en a vendu seulement 2,4 millions, pour 17 millions d'iPad.

str-rl/soe/are

PLUS:afp