NOUVELLES

Arrivée du corps du Premier ministre éthiopien Meles Zenawi à Addis Abeba (AFP)

21/08/2012 03:54 EDT | Actualisé 21/10/2012 05:12 EDT

Le corps du Premier ministre éthiopien Meles Zenawi, décédé officiellement dans la nuit de lundi à mardi dans un hôpital bruxellois, est arrivé par avion mardi soir sur l'aéroport d'Addis Abeba, a constaté une journaliste de l'AFP.

Le cercueil, recouvert du drapeau éthiopien a été descendu de l'appareil de la compagnie nationale Ethiopian Airlines, suscitant les lamentations d'une foule nombreuse rassemblée à l'aéroport, sur la piste duquel attendait un corbillard.

Une fanfare militaire a accompagné la descente du cercueil, dirigé vers le véhicule, qu'encadrait une rangée de soldats en uniforme de parade.

Aucune précision n'a été donnée sur la destination du corps et la date des funérailles.

L'épouse de Meles Zenawi, Azeb Mesfin, qu'il avait rencontrée dans le maquis, à l'époque où il commandait la rébellion du Front de libération du peuple du Tigré (TPLF) qui allait le conduire au pouvoir en 1991, est descendue, vêtue de noir, de l'avion.

Plusieurs milliers de personnes étaient rassemblées dans et autour de l'aéroport. De nombreux policiers étaient déployés sur le trajet reliant l'aéroport à la capitale.

Le vice-Premier ministre éthiopien, Hailemariam Desalegn, qui doit assurer l'interim, des diplomates, des responsables militaires et religieux étaient également présents pour rendre au hommage à l'homme fort de l'Ethiopie, qu'il dirigeait depuis plus de 20 ans.

De nombreux policiers étaient déployés sur le trajet entre la capitale et l'aéroport.

Meles Zenawi, 57 ans, est décédé, selon le gouvernement, dans la nuit de lundi à mardi dans un hôpital à l'étranger, d'une maladie non précisée. Un porte-parole de la Commission européenne a indiqué qu'il était mort à Bruxelles.

M. Meles n'avait plus été vu en public depuis juin. Son état de santé faisait l'objet de nombreuses spéculations et l'incertitude régnait sur qui était effectivement aux commandes du deuxième pays le plus peuplé d'Afrique.

La disparition de celui qui incarnait seul le pouvoir en Ethiopie pourrait avoir de sérieuses conséquences pour son pays et plus largement pour la région très instable de la Corne, dont Addis Abeba est une puissance majeure, selon les observateurs.

jv-ayv/jms

PLUS:afp