NOUVELLES

Sur l'Iran, USA et Israël n'ont pas le même sens de l'urgence (général américain)

20/08/2012 12:17 EDT | Actualisé 20/10/2012 05:12 EDT

Les Etats-Unis et Israël ont un sens de l'urgence et des interprétations différents sur l'Iran malgré des rapports de renseignements semblables sur le programme nucléaire iranien controversé, a affirmé le plus haut gradé américain, le général Martin Dempsey.

Le chef d'état-major interarmées américain s'entretient avec son homologue israélien Benny Gantz "deux fois par semaine" pour "comparer les renseignements" et "discuter des implications régionales", a confié dimanche soir le général Dempsey avant d'arriver en Afghanistan pour une visite de deux jours.

Pour les deux pays, le temps s'écoule à un rythme différent, a-t-il expliqué, Israël jugeant la menace posée par un Iran devenu puissance nucléaire avec bien plus d'urgence que les Etats-Unis.

"Nous reconnaissons l'un et l'autre que nos montres tournent à des rythmes différents", a affirmé l'officier. Les Israéliens "vivent avec une menace existentielle que nous ne subissons pas".

"On peut avoir deux pays qui interprètent les mêmes renseignements et aboutissent à deux conclusions différentes. Je crois que c'est vraiment ce qui se passe", a-t-il jugé.

Israël craint que le programme nucléaire iranien n'entre dans une "zone d'immunité", quand il sera suffisamment protégé d'éventuelles frappes aériennes israéliennes.

L'Etat hébreu dispose ainsi de bombes antibunker moins puissantes que les bombes américaines, et la "zone d'immunité" serait donc plus vite atteinte pour eux que pour les Etats-Unis, qui privilégient la voie des sanctions et de la diplomatie.

Un climat fébrile s'est installé en Israël, entretenu par les déclarations quotidiennes de responsables politiques et d'analystes pour ou contre une opération israélienne visant l'Iran. Avec ou sans l'aval des Etats-Unis, avec ou sans leur assistance.

Ces déclarations s'inscrivent dans une stratégie de pression visant à obtenir de Washington un engagement plus ferme sur le sujet, selon des experts israéliens.

Le Pentagone ne ressent pas cette pression d'Israël, selon le général Dempsey, pour qui des frappes israéliennes pourraient retarder mais pas détruire les capacités nucléaires iraniennes.

ddl/mra

PLUS:afp