NOUVELLES

Soudan: ouverture d'une enquête sur les causes de la chute d'un avion

20/08/2012 09:15 EDT | Actualisé 20/10/2012 05:12 EDT

La compagnie aérienne soudanaise Alfa Airlines a annoncé lundi l'ouverture d'une enquête pour déterminer les causes de la chute d'un avion Antonov ayant tué la veille les 26 passagers à son bord, dont un ministre soudanais, et six membres d'équipage "expérimentés".

Parti de Khartoum, l'appareil An-26 transportait une délégation officielle soudanaise vers la ville de Talodi au Kordofan-Sud, un Etat soudanais en proie à une rébellion armée, où il s'est écasé. Le ministre soudanais des Affaires religieuses, Ghazi al-Saddiq, se trouvait à bord afin de célébrer l'Aïd el Fitr, la fin du jeûne du ramadan, dans cet Etat soudanais.

Le responsable administratif d'Alfa, Mohammed Al-Hassan Taha, a affirmé à l'AFP qu'une équipe de l'Autorité de l'aviation civile soudanaise devait lancer lundi des investigations qui pourraient durer au moins deux mois.

Peu après la chute de l'appareil, survenue au moment où il se préparait à atterrir, certains officiels avaient mis en cause le mauvais temps, d'autres une explosion d'origine indéterminée.

Le capitaine de l'appareil, un Russe, "volait avec cette compagnie depuis cinq ans", a affirmé à l'AFP un responsable d'Alfa Airlines, Tilal Mohammed, au siège de la compagnie, en soulignant que les membres d'équipage "n'étaient pas des débutants".

Le navigateur, originaire du Tadjikistan, était employé par Alfa depuis neuf ans et l'ingénieur de vol, un Arménien, avait trois ans d'expérience, a précisé M. Mohammed. Le co-pilote était Soudanais.

Les compagnies soudanaises ont souvent recours à des équipages issus des pays de l'ex-Union soviétique.

L'avion An-26, en service depuis 35 ans, avait passé les examens de maintenance nécessaire, selon la compagnie.

Les accidents d'avion sont assez fréquents au Soudan, où la flotte est vieillissante et dont la compagnie aérienne figure sur la liste des transporteurs aériens interdits dans l'Union européenne car ils ne respectent pas les normes de sécurité.

it/sbh/sb

PLUS:afp