La police régionale de Peel croit qu'il y a un lien entre des membres trouvés à Mississauga et d'autres restes humains découverts à Toronto récemment.

Au cours des derniers jours, une tête, un pied et des mains sectionnés ont été découverts dans un parc de Mississauga, à l'ouest de Toronto. Par ailleurs, à des kilomètres de là, un sac contenant des restes a été découvert près d'une rivière de l'est de la Ville Reine. La police confirme que ces restes sont humains.

Le porte-parole de la police, Peter Brandwood, n'a pas voulu préciser ce qu'il entendait par « similarités ». Il s'est refusé également à indiquer quel type de restes contenait le sac trouvé à Toronto, affirmant ne pas vouloir ajouter à un dossier déjà très macabre.

La police avait déjà écarté tout lien avec l'affaire Luko Rocco Magnotta.

Victime unique

Le sergent Brandwood affirme que les policiers « sont très près » de pouvoir identifier la victime. Les enquêteurs pensent que les restes trouvés sont ceux d'une seule et même femme, même si la police ne peut confirmer cette hypothèse pour l'instant. Des experts légistes continuent leurs analyses.

Les enquêteurs croient que le cadavre est celui d'une femme, notamment à cause du vernis à ongles sur les orteils du pied trouvé à Mississauga la semaine dernière.

Ce pied avait été découvert par des randonneurs, mercredi dernier. Le lendemain, la police avait trouvé une tête, puis, vendredi, des mains sectionnées. À des kilomètres de là, un golfeur était tombé, samedi, sur des restes près de la rivière West Highland Creek à Toronto. Puis, un journaliste avait trouvé dans le secteur un sac contenant d'autres restes.

Recherches en cours

À Mississauga, plus de 25 policiers sont de retour, lundi matin, à la recherche d'indices, dans le parc Hewick Meadows, où les restes humains ont été trouvés. À Toronto, la police a interrompu ses fouilles dans le ravin de la rivière West Highland Creek.

La police régionale de Peel a déjà indiqué que les restes trouvés y étaient tout au plus depuis quelques semaines, selon leur état de décomposition.